Se connecter S’abonner

Bourse : Pictet AM privilégie l’Europe, le Royaume Uni et le Japon

Malgré des niveaux de cours encore élevés, l’équipe de gestion de la banque suisse entrevoit encore du potentiel pour les marchésixs en 2022.

actions

Comme on pouvait le redouter, la volatilité s’est invitée sur les marchés en ce début d’année 2022. Si d’un côté les perspectives macroéconomiques et les résultats des entreprises rassurent, de l’autre, les intentions de la banque centrale américaine en matière de politique monétaire sèment le doute parmi les investisseurs. Dans ce contexte un peu tendu, Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet Asset Management (AM) en France conserve un biais positif sur les actions mondiales. Les fondamentaux économiques demeurent en effet solides avec la résorption progressive des goulets d’étranglement, un marché de l’emploi dynamique et des ménages peu endettés aux États-Unis, sans oublier les carnets de commandes bien garnis pour les entreprises, qui soutiennent l’investissement privé ainsi que les profits.

Marchés davantage « value » et cycliques

Pictet AM affiche toutefois une préférence marquée pour la zone euro, le Royaume Uni et le Japon. Ces marchés ont en effet une consonnance plus « value » et plus cyclique que les marchés américains, dominés par la technologie et donc plus vulnérables à la remontée des taux d’intérêts. Ils sont en outre moins chers en termes de prime de risque par rapport aux obligations. Parmi les thématiques boursières privilégiées par Pictet, le secteur bancaire, l’environnement et les énergies renouvelables tiennent la corde. Certaines valeurs de la thématique croissance, notamment dans le digital et les énergies propres devraient toutefois rester dans la course.

Prudence sur l’obligataire et les émergents

En revanche, l’équipe de gestion manifeste une certaine prudence sur les emprunts d’État et les obligations d’entreprises, ainsi que sur les marchés émergents, confrontés à une recrudescence de l’inflation et à la hausse du dollar. Malgré leur sous-performance en 2021, les actions chinoises pourraient encore pâtir des difficultés du marché immobilier dans le pays et de la mise en place d’éventuelles mesures restrictives en cas de diffusion à grande échelle du variant Omicron, ce qui n’empêche pas l’équipe de gestion de penser que le marché des actions asiatiques reste le plus attrayant dans une optique moyen terme.