Se connecter S’abonner

Tipiak, le navire gonfle ses voiles à l’international, où sont les vents porteurs

Portée par son expansion à l’international et sa capacité à augmenter ses prix pour répercuter l’inflation de ses coûts, cette petite société agroalimentaire parvient à tirer son épingle du jeu dans un contexte dégradé. Elle nourrit de grandes ambitions outre-Atlantique ou encore en Allemagne. 

Crédit : Tipiak

Petit mais toujours dynamique ! Si ses 211 millions d’euros de chiffre d’affaires déclarés pour 2021 en font un acteur modeste auprès des géants de l’industrie alimentaire, l’entreprise de Saint-Nazaire, au trois-mâts pour emblème, confirme son habileté à piloter par gros temps. Après une croissance de 6% l’an dernier – un exercice encore perturbé par les restrictions sanitaires -, Tipiak devrait enregistrer au premier semestre 2022 une progression de l’ordre de 13% de ses ventes, selon les indications apportées par Hubert Grouès, son PDG depuis trente ans, lors d’une réunion financière à Paris.

Pour la suite de l’exercice (sachant que les quatre derniers mois assurent plus de la moitié des ventes annuelles et déterminent les bénéfices), « les perspectives s’inscrivent dans la continuité du premier semestre, dans un contexte d’inflation qui change beaucoup la donne », a ajouté le dirigeant. Ce dernier, toutefois, motive sa confiance par le retour à la normale de la restauration et des activités de traiteur, mais aussi par l’expansion du groupe hors de France, où il a réalisé l’an dernier 22% de son chiffre d’affaires, sous la seule marque Tipiak (l’entreprise cuisine aussi pour des enseignes de surgelés, comme Picard). « Clairement, l’international tire la croissance, et à un rythme à deux chiffres », a souligné Hubert Grouès, évoquant « le potentiel » de l’Amérique du Nord pour les macarons et les produits apéritif de Tipiak ou l’entrée de la marque en Allemagne. « Il existe de nombreux pays où la population est ouverte à la culinarité française. » Pour satisfaire cette demande, qui se porte de plus sur des produits bien valorisés, bons pour la rentabilité, et automatiser sa production, le groupe a accru ses investissements depuis trois ans, à 12,5 millions en 2021. 

Des marchés de niche 

En France, les moteurs de croissance sont aussi la marque Tipiak et sa capacité à renouveler ses recettes en épicerie et surgelés, sur des marchés de niche, où la concurrence a lâché prise. Fort de ses parts de marché (95% dans la chapelure !) et, souligne aussi le PDG, de sa réactivité et de son agilité pour fournir les clients et éviter les pénuries de matières premières, le groupe parvient à passer des hausses de prix pour contrer l’inflation. Elles ont joué « pour 4 à 5% » dans la croissance du premier semestre, et d’autres relèvements de tarifs sont en négociation pour le second semestre.

Ces augmentations devraient permettre de compenser « en masse » la hausse des coûts subie par Tipiak, ce qui va se traduire sur l’année par une érosion des marges (compte tenu de la croissance de l’activité), mais pas du bénéfice opérationnel, qui pourrait se maintenir au niveau des 7,1 millions de 2021. 

Notre conseil : acheter Tipiak à 62 euros avec un objectif de cours de 78 euros. Le groupe supporte une dette importante (107% des fonds propres), due à ses investissements, mais ces derniers favorisent innovation, gains de productivité et percée profitable à l’export. Attention toutefois à la faible liquidité du titre. Code Isin : FR0000066482.