Se connecter S’abonner

Eiffage, les autoroutes pour aborder le ralentissement

Le groupe de concessions et de construction a dépassé au premier semestre ses résultats prépandémiques. Il peut s’appuyer sur le solide carnet de commandes de sa branche BTP, la résilience de son activité de concessions et son expansion internationale axée sur les pays où il est déjà fortement présent pour résister à un environnement devenu adverse.

investissement
Crédits: iStock.

« La crise du Covid nous a aidés à mieux nous préparer », a estimé Benoît de Ruffray, le président d’Eiffage, lors de la présentation des résultats semestriels. Rompu au traitement des difficultés aiguës d’approvisionnement et de logistique pendant la crise sanitaire, le groupe semble, en effet, tailler sa route avec une relative aisance dans un environnement à nouveau « très perturbé », selon les termes du dirigeant. Eiffage a bouclé les six premiers mois de l’année sur une progression de 7,6% de son chiffre d’affaires, en données comparables, qui s’accompagne d’un bond de 36% de son résultat opérationnel courant. A 925 millions d’euros, celui-ci dépasse désormais les niveaux de 2019, l’avant-Covid donc, et se situe un peu plus de 5% au-dessus du consensus de marché. Le management peut également mettre en avant un carnet de commandes en progression de 18%, soit près d’une année de chiffre d’affaires. Sur ces bases, le groupe maintient ses prévisions pour l’année, qui restent cependant assez floues, évoquant une « augmentation de l’activité et des résultats ».

Et à présent ? « A court terme, le vrai sujet est de préserver nos marges avant de penser qu’elles puissent naturellement croître », a répondu le président, manière de reconnaître que les mois à venir s’annoncent tendus. Eiffage dispose néanmoins de différents atouts pour amortir les difficultés générées par le ralentissement économique et l’inflation persistante.

Des atouts défensifs

Le principal, ce sont ses concessions et le rôle de contributeur majeur (85% du bénéfice opérationnel du premier semestre) qu’elles jouent à nouveau pleinement. En outre, la partie autoroutière, prédominante, est bien protégée de l’inflation grâce à l’indexation des tarifs. Eiffage cherche d’ailleurs à renforcer régulièrement cette partie de son activité et à la diversifier. C’est ce que va permettre l’acquisition en cours du producteur d’électricité photovoltaïque Sun’R, et son savoir-faire apporté dans les énergies renouvelables.

Par ailleurs, dans le pôle Travaux, la partie énergie et systèmes, la plus dynamique, avec une hausse des ventes de 5,7% au premier semestre, se nourrit de contrats très courts permettant des ajustements de prix rapides. A plus long terme, le management met en avant une stratégie d’expansion internationale centrée sur quelques pays européens, dont l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, selon le principe édicté par le président qu’il « vaut mieux être implanté dans un petit nombre de pays mais y être fort ».

Notre conseil : Acheter Eiffage à 80 euros pour viser un objectif de cours de 117 euros. Le groupe offre un profil défensif grâce aux autoroutes et au centrage sur la France et l’Europe. Code Isin : FR0000130452.