Se connecter S’abonner

Libor : le taux interbancaire controversé disparaîtra fin 2021

Le Libor, qui a incidence sur des produits financiers, dont certains prêts aux ménages, ne sera plus mis à jour pour la plupart des devises à compter de cette date.

Le Libor, qui a incidence sur des produits financiers, dont certains prêts aux ménages, ne sera plus mis à jour pour la plupart des devises.

Les scandales à répétition ont eu raison du Libor. Vendredi 5 mars, le régulateur britannique des marches (FCA) a annoncé dans un communiqué que ce taux interbancaire, référence très controversée dans le monde de la finance, ne sera plus utilisable pour la plupart des devises à partir du 31 décembre. La livre, l’euro, le franc suisse et le yen, ainsi que certains taux américains sont concernés. Les derniers taux en dollar sont, eux, prolongés jusqu’au 30 juin 2023. 

« La Banque d’Angleterre et le FCA ont clairement établi dans les dernières années que l’absence d’un marché actif a rendu impossible de maintenir le Libor, devenu inadapté », a précisé le FCA dans un communiqué. Fin janvier, le régulateur britannique estimait que les contrats utilisant le Libor (pour « London Interbank Offered Rate ») comme taux de référence représentent encore 260 000 milliards de dollars. Ce qui a conduit Andrew Bailey, gouverneur de la Banque d’Angleterre, à mettre en garde les entreprises : « Le temps restant est limité : agissez maintenant pour avoir fini votre transition avant la fin de l’année. »

Les calculs du Libor faussés par de grandes banques

Le Libor, calculé à partir des principales banques mondiales, qui annoncent le taux auquel elles estiment pouvoir emprunter un montant « raisonnable » aux autres banques pour des durées allant d’un jour à un an, a une incidence sur une masse énorme de produits financiers, dont certains prêts aux ménages et aux entreprises. En 2012, cependant, plusieurs des banques qui participaient à ce calcul ont été accusées d’avoir faussé le mécanisme à leur avantage. Plusieurs grandes banques ont ainsi reçu de lourdes sanctions, telles que la Deutsche Bank, UBS, RBS, Société Générale ou encore Rabobank.