Se connecter S’abonner

En 2022, l’AMF promet plus de contrôles sur les engagements verts de la finance

En mettant l’accent sur les contrôles, l’AMF espère ainsi combattre le greenwashing, le verdissement de façade des pratiques.

Orpea
Crédit : iStock.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) va procéder à davantage de contrôles sur les engagements liés à la finance durable des sociétés de gestion, afin de « combattre le greenwashing », a-t-elle annoncé mercredi. Pour « renforcer la pertinence de la place de Paris dans la finance durable, des contrôles ‘spots’ vont vérifier cette année le respect par des sociétés de gestion des contraintes et engagements » en la matière, a expliqué le président de l’AMF Robert Ophèle, lors de ses voeux à la presse.

Les contrôles « spots » sont des examens « courts et ciblés » des investissements des sociétés de gestion, qui peuvent concerner « cinq ou six établissements » afin d’établir les bonnes et mauvaises pratiques. Ils ne sont pas faits dans une optique répressive mais « c’est une étape vers une supervision plus exigeante », a défendu M. Ophèle. Leur objectif sera de « vérifier la cohérence entre les engagements contractuels », parfois issus de la réglementation française ou européenne, « et les investissements réalisés ainsi que le dispositif de contrôle associé », a-t-il également détaillé.

L’AMF souhaite combattre le greenwashing

In fine, il s’agit de « combattre le greenwashing », soit le verdissement en façade seulement de leurs pratiques. « Les approches et les définitions sont disparates, et le suivi des réalisations perfectible. Il est indispensable qu’un effort d’harmonisation soit mis en œuvre pour donner lisibilité et crédibilité à la place dans ce domaine », a insisté M. Ophèle. Parmi les autres priorités de l’année pour l’AMF, on retrouve aussi davantage de contrôle sur « la valorisation des actifs peu liquides », ou encore « les modalités de sortie dans les placements en titre non-côté ».