Se connecter S’abonner

Euro : la monnaie européenne au plus bas depuis plus d’un an et demi

La raison principale de cette chute de l’euro réside dans dans l’inquiétude des marchés à l’heure de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

streaming
Crédit : Pixabay.

L’euro a chuté mardi par rapport au dollar à son niveau le plus bas depuis juin 2020 dans un marché très inquiet de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le rouble repartant en baisse tandis que le bitcoin poursuivait sa hausse. Vers 19H30 GMT l’euro cédait 0,86% à 1,1122 dollar pour un euro. Plus tôt la devise européenne était tombée à un plus bas depuis juin 2020.

La Russie a encore intensifié mardi son offensive en Ukraine, visant les villes, parmi lesquelles Kiev et Kharkiv, où les bombardements ont fait nombre de victimes civiles, poussant les Européens, exhortés à agir par le président ukrainien, à durcir encore leurs sanctions contre la Russie.

Conséquence du conflit pour les cambistes, « les devises européennes sont en difficulté depuis ce week-end », a commenté Matthew Ryan, analyste chez Ebury, qui note que « le dollar américain apparaît comme la valeur refuge de choix ». En outre, avec les sanctions qui ont frappé les banques russes interdites du système Swift et gelé les actifs de la banque centrale de Russie, « il y a une forte demande de liquidités qui profite au billet vert », soulignait Christopher Vecchio de DailyFX.

Vers une crise bancaire dans la zone euro ?

Le différentiel des rendements obligataires sur la dette à 10 ans entre l’Europe et les Etats-Unis jouait aussi en faveur du dollar, ajoutait l’analyste. « Les rendements sur les bons du Trésor américain ne baissent pas autant que pour les bons européens », relevait encore l’analyste citant en exemple le taux à 10 ans de la dette italienne qui est passé dans la journée de 1,87% à 1,39%.

« Cet épisode russe pourrait provoquer une crise bancaire en Europe vu les liens précédents entre l’Union européenne et la Russie », s’est inquiété Christopher Vecchio. « Le marché exclut désormais complètement une hausse des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) », a affirmé l’analyste, alors que la Fed devrait donner son premier tour de vis dans deux semaines, ce qui profitait également au dollar. La devise russe, quant à elle, se redressait un peu à 109,75 roubles pour un dollar (+5%) mais restait à des plus bas historiques après être tombée à 117 roubles pour un dollar en séance.

Enfin, la cryptomonnaie bitcoin poursuivait sa hausse (+5,62% à 43.996,05 dollars). « Les Russes, qui voient leur devise chuter, ont augmenté leurs achats de bitcoins », relève Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown, qui prévient cependant que « l’incertitude autour de la crise ukrainienne va continuer d’alimenter la volatilité des cryptoactifs »