Prêts immobiliers : quel serait l’effet d’une remontée des taux pour votre projet ?

Une hausse des barèmes de 0,2 point alourdirait par exemple de 18 euros la mensualité d’une personne empruntant 200.000 euros sur 20 ans. Détails…

Une hausse des taux alourdirait les mensualités ou amputerait les capacités d'emprunt. Crédit : iStock

Certes, on est encore loin d’une remontée brutale et généralisée des taux immobiliers. Les conditions restent très favorables. Ceci étant, suite aux inquiétudes manifestées par la Banque de France, les courtiers font part de quelques tensions depuis le début de l’année.

A LIRE >>> Crédit immobilier: les courtiers ont de plus en plus la cote

Faut-il s’en inquiéter ? Ceux qui ont un financement en cours à taux fixe n’ont rien à redouter. Leurs conditions de crédit ont été figées à la signature. Un relèvement progressif des taux n’aurait d’impact que pour ceux qui ont emprunté à taux fixe ou pour ceux qui envisagent de lever des fonds et ne sont pas encore passés à l’action.

Exemple avec 200.000 euros empruntés

Pour évaluer l’effet d’une hausse des taux, nous sommes partis d’un financement type de 200.000 euros sur 20 ans. Au taux moyen actuel (1,3%), la mensualité correspondante est de 946,80 euros (hors assurance). En cas de remontée du taux moyen à 1,4% d’ici à la signature, l’emprunteur type devrait débourser 9,12 euros de plus chaque mois. Et le surcoût serait même de 18,29 euros avec un taux de 1,5%.

+16% avec un écart de 0,2 point

Bien que ne semblant pas de nature à remettre en cause les projets, des modifications de barèmes de l’ordre de 0,1 à 0,2 point seraient loin d’être anecdotiques en matière de coût global. Un emprunt de 200.000 euros sur 20 ans revient au total à 27.233 euros avec un taux de 1,3%. Un taux de 1,4% accroîtrait ce montant de 8% (29.420 euros) et un pas supplémentaire de 0,1 point alourdirait la facture finale de 16% (31.622 euros).

Une capacité d’acquisition amputée

Il est également possible d’aborder la question différemment en se demandant quel serait l’effet sur le montant emprunté pour une mensualité donnée. Prenons le cas d’un foyer souhaitant rembourser 1.000 euros par mois (hors assurance). Avec un taux de 1,3% sur 20 ans, ce ménage peut lever 211.237 euros. Avec un taux de 1,4%, sa capacité d’emprunt serait réduite d’un peu plus de 2.000 euros (209.222 euros) et avec un taux de 1,5%, elle tomberait à 207.234 euros (-4.002 euros).

Sur le même thème

prêt immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique