Coronavirus: Edouard Philippe annonce le plan de déconfinement à partir du 11 mai

Réouverture des commerces, des entreprises, des écoles, port du masque, tests, déplacements… Le Premier ministre a précisé les conditions du déconfinement ce mardi 28 avril, devant les députés.

La stratégie nationale du déconfinement, à partir du 11 mai, s’articule autour de trois thèmes : protéger, tester, isoler. Image SIPA

Edouard Philippe a présenté un plan sur les trois prochaines semaines de mai. La stratégie nationale du déconfinement, à partir du 11 mai, s’articule autour de trois thèmes : protéger, tester, isoler.  « Nous allons devoir vivre avec le virus » a déclaré le chef du gouvernement devant 75 députés présents dans l’Hémicycle, précisant qu’il faudrait « vivre avec le covid-19 et s’en protéger ». L’État, les collectivités et les entreprises seront complémentaires. « J’invite toutes les entreprises à équiper leurs salariés », avec un appui notamment aux indépendants.

Concernant la reprise de la vie économique, Edouard Philippe a, d’une part, parlé du télétravail. « Il doit être maintenu partout où c’est possible, au moins dans les trois prochaines semaines », pour limiter le recours aux transports publics et les contacts entre les personnes. D’autre part, la pratique d’horaires décalés doit être encouragée. Le Premier ministre a précisé que 33 guides sont disponibles pour les entreprises : il en faut 60 pour couvrir tous les secteurs, ils devraient être prêts le 11 mai.  

L’objectif du gouvernement est de permettre le retour au travail, avec de nouveaux plans d’organisation du travail, de nouveaux emplois du temps, l’application des gestes barrière et le port du masque quand la distanciation sociale n’est pas possible. Des mesures d’accompagnement sont prévues pour les entreprises en difficulté et le recours à l’activité partielle est maintenu jusqu’au 1er juin.

Réouverture des commerces mais pas des restaurants

Les commerces rouvriront à compter du 11 mai, sauf les cafés et restaurants. Leur ouverture sera décidée fin mai, en fonction du comportement des citoyens et des premiers résultats du déconfinement. Les marchés, interdits en majorité sauf exception, seront en général autorisés, sauf si les élus et préfets décident qu’ils ne peuvent être organisés en toute sécurité (organisation des flux pour respecter le mètre de distance, port du masque recommandé). Un commerçant pourra décider du port du masque comme condition d’entrée dans son magasin. Pour les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés, les préfets pourront décider de les laisser fermés.

Les transports vont reprendre progressivement

Concernant les transports, le port du masque sera obligatoire. 70% du réseau RATP sera disponible le 11 mai, et le trafic remontera rapidement. Pour éviter l’encombrement et faire baisser la demande, il conviendra d’étaler les horaires de travail. La responsabilité des Français, notamment des Parisiens, sera primordiale pour éviter les heures de pointe quand nécessaire.  Il faudra peut-être réserver les transports à certaines heures aux travailleurs, condamner un siège sur deux, installer des marquages au sol sur les quais, mettre en place des restrictions d’accès et des contrôles des flux.

Les déplacements inter régionaux seront réduits, et donc l’offre des trains encore, soumise à la réservation obligatoire. Edouard Philippe a invité les Français à ne pas partir en week-end à l’Ascension.

Pas d’attestation spéciale pour les personnes âgées

« La vie sociale va reprendre progressivement » a également annoncé le chef du gouvernement. Le 11 mai, les citoyens pourront circuler librement, sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100km. Il n’y aura pas de contrôle pour les plus âgés ni d’attestation spécifique, mais il faudra faire preuve de précaution. Les rassemblements sur la voie publique ou dans des lieux privés limités à 10 personnes. Concernant le traçage Stop Covid, le projet n’a pas été présenté par le Premier ministre, car il est mal ficelé.

L’activité sportive sera possible, mais en respectant la distanciation, et en plein air uniquement. Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus circule le moins et les plages resteront fermées jusqu’au 1er juin. Les lieux culturels, bibliothèques et petits musées pourront rouvrir mais pas les lieux culturels rassemblant trop de monde, comme les grands musées et les cinémas. Pour les événements culturels, festivals et autres, ils ne reprendront qu’en septembre. Enfin, les cimetières seront rouverts.

A LIRE >> Déconfinement : quand les propriétaires bailleurs retrouveront-ils les loyers suspendus ?

Le retour des enfants à l’école sera progressif à partir du 11 mai, avec les enfants de maternelle et CP, sur la base du volontariat, puis la semaine du 18 mai, dans les départements où le virus circule le moins, les collèges ; enfin, fin mai, les lycées, en commençant par les lycées professionnels début juin, à raison de 15 élèves par classe pour tous les âges et dans des conditions sanitaires exemplaires. Concernant le port du masque, il est prohibé en maternelle, déconseillé pour les primaires, obligatoire pour les collégiens. Les crèches vont également rouvrir, à raison de 10 enfants maximum, plusieurs groupes si l’espace le permet.

Si le confinement se relâche juste avant la date prévue et que les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, le gouvernement prévoit de remettre en question le déconfinement le 11 mai. La première phase durera jusqu’au 2 juin, et si tout est réuni, la deuxième phase durera jusqu’à l’été.

L’état d’urgence devrait être prolongé jusqu’au 23 juillet

L’état d’urgence sanitaire devrait être prolongé jusqu’au 23 juillet. Il était entré en vigueur le 24 mars pour un délai de deux mois. Le nouveau projet de loi prolongeant cette mesure sera présenté le 2 mai en conseil des ministres, puis examiné par le Parlement. Il permettra cette fois-ci de préciser les modalités d’isolement des personnes malades, après le début du déconfinement, le 11 mai. L’État d’urgence sanitaire permet au Premier ministre de prendre par décret des mesures, listées dans la loi et assorties de sanctions sévères. Par exemple, l’interdiction de la circulation, l’adoption de mesures de confinement, la fermeture provisoire d’établissements et d’entreprises, et la limitation des rassemblements.

Sur le même thème

commerce Coronavirus Entreprises

Réactions et commentaires

Sur la même thématique