Se connecter S’abonner

Crédit immobilier: les courtiers proposent un certificat aux acheteurs

Des courtiers en immobilier ont mis en place un service gratuit pour les acquéreurs : un certificat pour savoir quelle somme emprunter.

Les revenus baissent, les taux de crédit grimpent et les prix ne sont pas sûrs de diminuer. Les futurs acquéreurs de logement se posent des questions sur leur pouvoir d’achat immobilier. Pour savoir s’ils ont encore les moyens de demander un crédit, les courtiers proposent un service gratuit, explique Le Figaro.

Il s’agit d’un certificat, appelé également « passeport » ou « visa », qui permet de connaître ses capacités d’emprunt. « Ce certificat va rassurer les acquéreurs sur leur capacité d’emprunt, les vendeurs sur la solvabilité des acheteurs intéressés et les agences immobilières, sur la possibilité de récupérer des mandats exclusifs en assurant que les visites ne se feront pas pour rien », explique Sandrine Allonier, de Vousfinancer.

Le certificat est un document officiel à présenter au vendeur

Pour obtenir ce document certifié, il faut envoyer au courtier les trois derniers bulletins de paie, les trois derniers relevés de compte, le dernier avis d’imposition et un justificatif d’apport. Le certificat sera ensuite valable un mois, à présenter à l’agent immobilier le cas échéant.

À LIRE>> Immobilier: les banques acceptent de nouveaux prêts et augmentent leurs taux

Le vendeur et l’agent auront ainsi à leur disposition un document officiel certifiant du sérieux de l’acheteur. Cette démarche pourrait aussi relancer le marché, ralenti par l’épidémie de coronavirus : « Depuis deux semaines, nous constatons une reprise des demandes et des recherches en vue d’un crédit de +20% par semaine », précise Maël Bernier de Meilleurtaux.com.

Les salariés au chômage partiel inquiets de leur capacité de crédit

Du côté des banques, cet outil peut être intéressant « pour donner des indications approximatives aux futurs emprunteurs, comme le font beaucoup de sites actuellement, sans que cela n’engage la banque », explique la Fédération bancaire française. Plus de dix millions de salariés en chômage partiel ne savent pas encore comment les banques comptabiliseront les salaires pour le calcul de l’endettement concernant les demandes de crédit immobilier. « Beaucoup de banques prennent en compte le revenu net fiscal annuel et devraient donc prendre comme référence le salaire habituel, surtout si l’emprunteur n’est plus au chômage partiel au moment de sa demande », précise encore Sandrine Allonier.