La Bourse de Paris, euphorique, s’adjuge plus de 10% sur la semaine

La Bourse de Paris a connu une semaine historique, le CAC 40 s’adjugeant 10,70%. L’indice phare de la place parisienne a été boosté aujourd’hui par des chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis pour le mois de mai surprenants, confortant les anticipations des marchés d’une reprise forte et rapide.

Les marchés ont été surpris par les chiffres sur l’emploi en mai aux Etats-Unis. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris a fini la semaine en trombe. L’indice phare de la place parisienne s’est adjugé 3,71% aujourd’hui pour clôturer à 5.197,79 points. Ce qui porte son gain sur la semaine à 10,70% et sur un mois à 15,94%, et ramène sa perte depuis le début de l’année à seulement 13,05%.

Les investisseurs qui avaient été confortés hier par le renforcement des mesures de soutien à l’économie de la BCE, ont été surpris par les chiffres sur l’emploi en mai aux Etats-Unis.

Alors que les analystes tablaient sur un taux de chômage en hausse, proche de 20%, dans la mesure où près de 43 millions d’Américains se sont inscrits au chômage au cours des deux derniers mois et demi, le taux de chômage a au contraire baissé pour s’établir à 13,3% en dépit des mesures de confinement prises pour empêcher la propagation du virus.

Des commerces et restaurants ont rouvert dans certains Etats au mois de mai, et par corollaire les embauches ont repris. Ce qui s’est traduit par la création surprise de 2,5 millions d’emplois. Ce redressement de l’emploi devrait se poursuivre à mesure que de plus en plus d’Etats vont relâcher les restrictions au cours des prochaines semaines.

Ce scénario conforte les espérances et les anticipations des marchés d’une reprise forte et rapide. Pourtant, aucun élément de ce côté-ci de l’Atlantique n’accrédite un tel phénomène. « Toutes les données d’activité montrent que l’économie européenne devra être aidée pendant sa convalescence. Les prévisions de croissance et d’inflation de la BCE ont d’ailleurs été revues à la baisse pour 2020, pour atteindre les niveaux abyssaux de -8.7% de PIB et de 0.1% d’inflation », indiquait dans une note ce matin Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM.

Des déconvenues futures sont-elles dans ce contexte à redouter ? Les indicateurs avancés de l’activité seront à scruter de près au cours des semaines à venir, et la publication des résultats semestriels au mois de juillet permettra d’en savoir plus au niveau des entreprises.

Unibail-Rodamco-Westfield en tête du CAC 40

En tête des plus fortes progressions de la semaine figure Unibail-Rodamco-Westfield qui s’est adjugé 48,26% porté par la réouverture des centres commerciaux et des cafés-restaurants.

Vient ensuite Airbus avec un gain de 34,70% qui profite à plein de l’amélioration des perspectives de la conjoncture.

A LIRE>>> « Les foncières (centres commerciaux et bureaux) sont valorisées sur la base d’une chute de leurs revenus, ce qui nous paraît peu probable », selon Véronique Gomez

Les banques – Société Générale a gagné 21,07%, et BNP Paribas 16,09% – ont aussi tiré leur épingle du jeu, les marchés ont été rassuré par l’action de la BCE et voient s’éloigner le spectre de faillites en cascade.

Enfin, Renault (+ 18,40%) a bénéficié de l’annonce de son plan de restructurations et de l’obtention d’un prêt garanti par l’Etat de 5 milliards d’euros, tirant dans son sillage Peugeot (+ 14,89%).

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique