La Bourse de Paris, en repli, s’interroge sur le rythme de la reprise

Le CAC 40 perdait près de 1% en début de matinée. Les marchés s’interrogent sur la vigueur de la reprise économique en Chine alors la croissance a atteint 3,2% au deuxième trimestre, un niveau en deçà des attentes.

Les ventes de détail en Chine, principal indicateur de la consommation, ont enregistré en juin un repli sur un an. Ce qui a déçu les marchés. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris s’inscrivait en début de matinée en repli, s’interrogeant sur la vigueur du redémarrage économique chinois avant une réunion de la BCE qui ne devrait pas réserver de surprise. L’indice CAC 40 perdait près de 1% en début de matinée, à 5.061 points.

« La raison de la faiblesse du jour est à mettre sur le compte de la publication de la croissance chinoise (+ 3,2%) du deuxième trimestre et des ventes au détail en dessous des attentes qui laissent penser que le rebond de l’économie » ne sera pas aussi vigoureux qu’espéré, a expliqué John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

La Chine a renoué avec la croissance au deuxième trimestre et sa production industrielle a atteint en juin son plus haut niveau depuis le début de l’année, mais les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont ainsi encore connu en juin un repli sur un an. 

Selon M. Plassard, « la réunion de la BCE sera aussi l’un des moments phares de la journée ».

Ce rendez-vous est comme toujours très attendu, même si l’institution monétaire devrait s’abstenir d’annoncer de nouvelles mesures anti-crise en zone euro, en espérant que les dirigeants européens réunis dans la foulée prendront le relais face à l’impact économique du coronavirus.

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a signifié la semaine dernière qu’il ne fallait pas attendre de nouvelle décision lors de la dernière réunion monétaire avant la pause estivale, compte tenu des mesures de soutien massives déjà prises ces derniers mois.

La situation sanitaire reste de son côté toujours aussi tendue. Les Etats-Unis ont battu de nouveaux records quotidiens de cas de coronavirus, notamment dans le Sud du pays, tandis que l’Inde a reconfiné quelque 125 millions de personnes, près d’un dixième de sa population.

Le marché automobile européen limite les dégâts

Du côté des indicateurs, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage, l’indice de l’activité manufacturière de la région de Philadelphie (Fed) et les ventes au détail aux Etats-Unis figurent également à l’agenda.

L’automobile s’installait dans le vert alors que le marché automobile européen a limité les dégâts en juin, en réduisant sa chute à 22,3%, notamment grâce au plan de soutien français. Renault prenait 1,11% et Peugeot 0,86%.

Le constructeur français PSA a enregistré une chute de 45,7% de ses ventes au premier semestre, précisant que ses ventes mondiales avaient « presque doublé » en juin par rapport à mai. Il a par ailleurs annoncé avec l’italo-américain Fiat Chrysler (FCA) que le nouveau groupe issu de leur mariage s’appellerait Stellantis.

Sartorius Stedim Biotech prenait la tête de l’indice SBF 120 avec une progression de 3,80% profitant du relèvement de ses objectifs pour 2020.

A LIRE>>> Les petites et moyennes valeurs cotées sont armées pour affronter la crise

Danone reculait de 1,98% dans la foulée de l’annonce d’un investissement de 100 millions d’euros en Chine pour « renforcer ses activités de nutrition spécialisée ».

ADP gagnait 0,21%. Le trafic aérien commercial a atteint à Paris en juin 6,8% du niveau d’il y a un an, mais les aéroports d’Orly, rouvert à la fin du mois, et de Charles-de-Gaulle (CDG) ont enregistré trois fois plus de passagers qu’en mai.

JCDecaux était porté (+ 0,59%) par l’annonce de la vente de sa participation de 25% au capital de Russ Outdoor, géant russe de la communication extérieure, pour quelque 32 millions d’euros, actant ainsi sa sortie du marché russe.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique