Economie: la baisse des impôts de production ne profite pas aux petites entreprises

Le président de l’Union des entreprises de proximité, invité sur BFMTV mercredi, est formel: les petites entreprises ne bénéficieront pas de la réduction des impôts de production.

Une mesure concernant la cotisation foncière des entreprises serait plus avantageuse pour les petites sociétés. Crédit: iStock.

Dans le cadre du plan de relance de l’économie, le gouvernement envisage une baisse des impôts de production de 10 milliards en 2021 et d’autant l’année suivante. Seul souci, la cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE) des entreprises ne concerne que les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 500 000 euros. Invité sur BFMTV mercredi 19 août, Laurent Munero, le président de l’Union des entreprises de proximité (U2P), estime que le gouvernement néglige les petites entreprises.

« Dans les entreprises que nous représentons, un bon nombre ne font pas 500 000 euros de chiffre d’affaires, donc elles ne seront pas concernées par une baisse des impôts de production. Encore une fois, il y a deux poids deux mesures », précise-t-il. Et d’ajouter que ce geste ne profitera qu’aux grosses entreprises. L’U2P regroupe, en effet, des professions libérales, des artisans et des commerçants indépendants.

La cotisation foncière dans le viseur

En revanche, Laurent Munero verrait d’un bon œil que Bercy s’attaque à la cotisation foncière des entreprises (CFE). Celle-ci concerne les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 5 000 euros. « Je sais que ça n’a pas bonne presse parce que c’est un impôt qui revient directement aux communes et aux agglomérations, aux communautés de communes, mais c’est quelque chose qui impacterait directement les petites entreprises », souligne le successeur d’Alain Griset, désormais ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises.

A LIRE >> Entreprises: les impôts de production baissent bien, mais moins qu’annoncé

Pendant la crise sanitaire, « on s’est aperçu de l’utilité de ces commerces de proximité, de ces professions libérales qui sont sur le terrain, des autres métiers qui peuvent aider la population », ajoute Laurent Munero, soucieux de rafraîchir la mémoire des décideurs.

Sur le même thème

Coronavirus Entreprises Impôts

Réactions et commentaires

Sur la même thématique