Se connecter S’abonner

Le nombre d’embauches en août 2020 retrouve son niveau d’avant la crise

Hors intérim, les déclarations d’embauche de plus d’un mois ont augmenté de 9,8% en août dernier.

Le marché de l’emploi a connu un rebond important au mois d’août 2020 : selon le baromètre de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss), le nombre de déclarations d’embauche a augmenté de 9,8%. Ces chiffres ne concernent pas l’intérim et prennent en compte les embauches de plus d’un mois. Ils avaient également augmenté en juillet, de 1,9%, et de 83,2% en juin. Les déclarations d’embauche reviennent ainsi à leur niveau d’avant la crise sanitaire de la Covid-19 selon l’Agence qui reste prudente toutefois sur les causes de ce rebond en août. En effet, des entreprises ont pu avancer les embauches au lundi 31 août, au lieu de début septembre. Sur un an, l’évolution est positive, 2,2%, « pour la première fois depuis le déclenchement de la crise », relève le communiqué.

Dans les détails, les embauches en CDI étaient en hausse de 9,6% en août et de 10% en CDD de plus d’un mois. La hausse des déclarations se confirme sur un an pour les contrats à durée déterminée, avec +6,5%. En revanche, elles baissent pour les contrats à durée indéterminée, de 2,1%. Dans le secteur de l’industrie, les déclarations d’embauche ont particulièrement augmenté avec +13%, toujours en août, mais elles restent en baisse sur un an, avec -4,1%.

A LIRE >>> L’emploi salarié retrouve son niveau de mars 2017 avec 215 200 destructions de postes

La masse salariale baisse de 16,8% sur un an au 2e trimestre

L’Acoss rapporte également dans son baromètre de septembre que « la masse salariale soumise à cotisations sociales du secteur privé diminue de 15,8% au deuxième trimestre ». Au premier trimestre 2020, elle avait baissé de 2,8%. Une diminution qui résulte du recours massif au chômage partiel, depuis la mi-mars, dont l’indemnisation n’est pas soumise à cotisations sociales : le salaire moyen par tête a chuté de 12,7%. « Sur un an, la masse salariale diminue de 16,8%, après 0,1% au trimestre précédent », détaille l’Agence. Le nombre de salariés sur secteur privé baisse aussi, de 0,9% fin juin 2020 par rapport à fin mars. Sur un an, la chute est de 2,7%. L’Acoss relève que la part de l’assiette de l’activité partielle se réduit, après un pic enregistré en avril de 15,6% : elle était de 3% en juillet dernier.