Se connecter S’abonner

Exit les anciens produits d’épargne retraite

Article 83, Perp, Madelin… ces produits-phares de l'épargne retraite laissent la place au Plan d’épargne retraite individuel. Ils ne pourront plus être souscrits après le 30 septembre, mais les détenteurs de ces anciens dispositifs pourront continuer à bénéficier de leurs effets.

Le Plan d’épargne retraite dans sa version issue de loi Pacte est officiellement le seul qui pourra être souscrit, à compter de ce soir. « Après un an de transferts, la nouvelle version arrive. On met tout dans un même compartiment, tout est centralisé de manière à simplifier le dispositif », indique Julien Vrignaud, associé fondateur du groupe Euodia.

Les anciens produits subsistent

En effet, conformément à ce que prévoyait la loi Pacte de mai 2019, qui a lancé le nouveau produit, les anciens dispositifs ne pourront plus être commercialisés après le 30 septembre. Pour autant, ils continuent à produire leurs effets. Ainsi, par exemple un Perp souscrit il y a trois ans reste pleinement effectif, notamment ses conditions de déblocage. Attention, le transfert d’un article 83 vers un Perp, recommandé dans un premier temps pour pouvoir bénéficier de la sortie en capital, ne sera donc plus possible. Ce qui est valable aussi pour les autres produits.

A LIRE >>> Le nouveau plan d’épargne retraite est-il fait pour vous ?

Le nouveau PER, dit Perin, permet en outre une option entre sortie en rente ou en capital au moment de la retraite ou en cas de déblocage anticipé. Il généralise également le principe du déblocage anticipé, entre autres, pour l’acquisition de la résidence principale.

Un marché en plein essor

Depuis son lancement, il y a un an, le nouveau PER est un succès. A fin juin, selon les derniers chiffres disponibles de la Fédération française de l’assurance – qui doivent être actualisés d’ici peu -, pas moins de 210 000 nouveaux contrats avaient été signés, soit un marché de 1,5 milliard d’euros. L’exécutif ambitionne de pousser l’encours de l’épargne retraite, de 200 milliards avant la réforme, à 300 milliards d’euros.