Votre contrat d’assurance vie délivre des performances décevantes ? Voici comment corriger le tir

Face à un rendement du fonds en euros décevant en 2018, un épargnant peut agir. Panorama des options envisageables cette année pour améliorer la performance de votre assurance vie.

Le projet de loi Pacte, dont les discussions ont repris depuis le 5 mars à l’Assemblée nationale, pourrait instaurer la transférabilité des contrats d’assurance vie. Crédit : Istock

Les épargnants déçus par leur contrat d’assurance vie en 2018 sont légion ! Les rendements des produits commercialisés par les grands réseaux bancaires ne sont une nouvelle fois pas à la hauteur, comme nous vous le rappelons régulièrement. L’association de défense des consommateurs, la CLCV a même récemment pointé du doigt le fait qu’ils sont nombreux à avoir affiché des taux de rémunération bien inférieurs à celui de l’inflation, comme BNP Paribas Multiplacements 2 (1,56%), Ecureuil Projet de la Caisse d’Epargne (1%) ou encore GMO de la Banque Postale (1,30%). Au total, selon les estimations de l’association, le rendement  moyen du marché des fonds en euros atteindrait seulement 1,7% net de frais de gestion en 2018, et tomberait même 1,41% en prenant en compte les prélèvements sociaux (17,2%). Et ces mauvais résultats s’accumulent souvent à des performances passées déjà médiocres!

Suivez l’actualité parlementaire

Si vous êtes dans cette situation, plusieurs options s’offrent à vous. Suivez d’abord l’actualité parlementaire. Le projet de loi Pacte, dont les discussions ont repris depuis le 5 mars à l’Assemblée nationale, pourrait en effet instaurer la transférabilité des contrats d’assurance vie. Une bonne nouvelle pour les épargnants qui pourront peut-être changer d’assureur sans perdre l’avantage fiscal lié à l’ancienneté de leur contrat d’assurance vie à l’avenir. Cette mesure a de nombreuses fois été proposée sans succès par le passé: l’amendement Fourgous en 2005 a certes permis aux détenteurs de fonds en euros mono-support de les transférer vers un contrat multisupport en unités de compte au sein d’un même assureur, mais des propositions d’extension de cette pratique à tous les contrats et toutes les compagnies ont échoué en 2009 puis à nouveau en 2013. Une nouvelle tentative proposée par des sénateurs dans la loi Pacte est en cours. Et jamais le processus législatif n’a été aussi avancé! « Le gouvernement risque une nouvelle fois de s’y opposer, reconnaît, Hugo Bompard, fondateur du robo advisor Nalo et à l’initiative d’une lettre ouverte signée par 500 professionnels de la finance – conseillers en investissements financiers, courtiers en assurances, banquiers privés et gérants de portefeuille- pour soutenir cet amendement. Mais nous pensons qu’il devra trouver un compromis et ouvrir la voie à un début de transférabilité des contrats d’assurance vie par exemple sous certaines conditions. »

Videz progressivement votre contrat

Les assureurs restent néanmoins vent debout contre cette proposition. Même certaines associations d’épargnants, comme la Faider, se montrent sceptiques quant à l’intérêt d’une telle mesure pour les épargnants car elle pourrait venir encore peser sur la performance des fonds en euros. Les assureurs seraient alors tentés de prendre encore moins de risque sur les marchés financiers, ce qui pénaliserait leurs résultats futurs. La transférabilité a donc peu de chance de voir le jour. Mais vous pouvez toujours agir. « Personne n’est prisonnier de son assurance vie, il faut pouvoir la gérer de façon dynamique », souligne Olivier Sentis, directeur général de la MIF. Certes, rappelons que vous pouvez à tout moment fermer votre contrat existant pour en souscrire un plus performant. Mais en réalité peu d’épargnants le font pour éviter de perdre les avantages fiscaux liés à la durée de détention (imposition de seulement 7,5% sur les intérêts acquis après huit ans et un abattement annuel sur les gains). Fermer un vieux contrat peu performant est pourtant une solution valable dès lors que vous avez moins de 70 ans (au-delà c’est moins intéressant sur le plan successoral) et que vous ne détenez pas une vieille enveloppe bénéficiant d’avantages supplémentaires (exonération d’impôts pour les contrats souscrits avant 1983, uniquement sur les primes entre 1983 et 1991). « Les épargnants de moins de 70 ans détenteurs de contrats de plus de huit ans peuvent chaque année transférer progressivement une partie de leur avoir vers des enveloppes plus performantes en bénéficiant d’un traitement fiscal neutre dès lors qu’ils respectent les abattements de 4600 euros pour une personne seule et 9200 pour un couple», ajoute Olivier Sentis.  Il suffit donc d’ouvrir un deuxième contrat sans en fermer tout de suite le premier. Alors à vous de jouer !

Sur le même thème

Grands prix assurance vie 2018 Taux assurance vie 2018

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique