Assurance vie : le taux du fonds en euros devrait se situer entre 1,40% et 1,50% en 2019

D’après le dernier baromètre Facts & Figures, les épargnants privilégient toujours la sécurité dans l’assurance vie.  Or, le taux moyen servi sur le fonds en euros devrait encore baisser de 0,15 à 0,30 point en 2019.  

Crédit: iStock.

L’assurance vie se complexifie et devient moins accessible ! Voilà le constat du dixième baromètre de l’épargne vie individuelle publié par le conseil en stratégie et management, Facts & Figures. Le placement préféré des Français a pourtant toujours la cote puisque sa collecte brute a atteint un record à 140 milliards d’euros en 2018. 76% de cette somme s’est déversée dans les fonds en euros, au grand dam des assureurs qui militent tous pour augmenter la proportion d’unités de compte dans leurs contrats. Une stratégie qui leur permet de transférer le risque de pertes directement aux épargnants et non pas dans leur propre bilan. Mais face aux performances négatives enregistrées l’an passé par ces supports financiers non garantis en capital (-8,9% en moyenne selon la FFA), les épargnants ont préféré la sécurité des fonds en euros qui ont servi des rendements stables (1,67% selon Facts & Figures ou 1,80% selon la FFA nets de frais de gestion mais bruts de prélèvements sociaux). Une préférence toujours marquée cette année, mais qui n’est pas sans conséquence sur le marché. Voici les trois grandes tendances à connaître pour votre épargne.

1- Un accès plus restrictif au fonds en euros

L’épargnant moyen préfère la sécurité du fonds en euros, les assureurs l’ont bien compris. Cette situation les conduit à orienter davantage leur offre vers la clientèle patrimoniale ou privée, c’est-à-dire vers les épargnants détenant 60 000 euros ou plus en assurance vie qui sont quant à eux plus enclins à prendre du risque. De fait, les compagnies mettent désormais des barrières à un client lambda qui veut investir : frais d’entrée à 3 à 4% voire au-delà, souscription au minimum à une proportion d’unités de compte (20 à 40%)  pour pouvoir accéder à un contrat d’assurance vie… « La moitié des encours en assurance vie sont désormais détenus par 10% des ménages français les plus aisés, analyse Cyrille Chartier-Kastler, président et fondateur de Facts & Figures. Les épargnants populaires sont réorientés vers les produits bancaires. » Les banquiers n’incitent plus en effet leur clientèle standard à ouvrir une assurance vie et lui proposent davantage les produits d’épargne réglementée. Leurs rendements sont pourtant actuellement très bas : le livret A ne rapporte que 0,75%, les PEL actuels seulement 1% (même 0,70% en retranchant les prélèvements sociaux). Attention, vous avez pourtant toujours intérêt à souscrire à un contrat d’assurance vie sans frais d’entrée et non conditionné à des versements minimum dans des unités de compte si vous êtes averse au risque. Retrouvez ici notre dernière sélection des meilleurs contrats.

2- Un rendement attendu en baisse de 0,30 point cette année

L’an passé, les assureurs ont fait des choix diamétralement opposés en matière de taux servis des fonds en euros à leurs assurés. Certains ont continué à les réduire encore drastiquement (-0,20 point pour la MACSF, -0,25 pour la Maif), d’autres les ont augmenté ( +0,15 pour Generali, +0,30 pour la Macif..). Mais dans l’ensemble les rendements sont restés stables en moyenne à 1,67%, selon Facts & Figures. Pour la première fois depuis des décennies, ils sont néanmoins entrés en territoire négatif puisqu’ils étaient inférieurs à l’inflation (1,80% en 2018 selon l’Insee). La situation ne devrait pas s’arranger cette année. Les assureurs investissent surtout sur le marché obligataire pour garantir le capital du fonds en euros. Or ils sont, l’an dernier, parvenus à dégager une performance financière brute d’en moyenne 2,82%, un pourcentage pas totalement redistribué à l’épargnant puisque l’assureur se rémunère au passage et en met aussi une partie en réserve, ce qui explique la différence du taux servi à 1,67% en moyenne. Cette année, la faiblesse des taux d’intérêts–le niveau des emprunts de l’Etat français à dix ans ou OAT atteint seulement -0,07% au 19 juillet- devrait affecter de 0,30 point leur rendement financier. Leur performance financière brute devrait donc atteindre 2,51% d’après Facts & Figures. Compte tenu de la politique actuelle de redistribution des assureurs et de leurs capacités à diversifier leurs placements financiers, les taux servis pour 2019 devraient se situer entre 1,40% et 1,50%.

 3- Les fonds actions ont le plus rapporté ces cinq dernières années

Les épargnants ont donc tout intérêt à doper leur rendement en prenant un peu de risque à travers des unités de compte. Mais là encore il faut se montrer très sélectif. Les gestions profilées ou encore les fonds diversifiés ou flexibles qui sont largement proposés dans les gammes d’unités de compte en assurance vie affichent en moyenne des performances très décevantes que ce soit sur trois ou cinq ans. Il vaut mieux se tourner vers des gestions pures actions. Selon les calculs de Facts & Figures, les fonds d’actions françaises ont rapporté en moyenne 6,12% par an sur cinq ans. Les SCPI en assurance vie ont aussi affiché des performances solides (4,67% par an sur cinq ans). Mais attention, ces dernières nécessitent un horizon de placement d’au moins 10 ans pour lisser l’impact des frais d’entrée autour de 10% aujourd’hui qui viennent sinon grever la performance à court terme.

Sur le même thème

contrat d'assurance vie fonds en euros Grands prix assurance vie 2019

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique