Assurance vie: si vous avez manqué les dernières assises de l’Afer, voici ce qu’il fallait en retenir

L’association entend bien la volonté des épargnants de conserver un fonds en euros de qualité, mais rappelle que le modèle historique de sécurité et de rendement avantageux de ce dernier est désormais remis en question par la faiblesse des taux. 

L'Afer réunit 56 milliards d’euros d’encours dont à 80% dans son fonds en euros, Crédit : Afer

Les 2 500 places du Théâtre du Châtelet à Paris étaient quasiment toutes occupées hier soir lors de la sixième édition des assises de l’Afer. L’Association d’épargnants, qui approche les 800 000 membres, a encore mobilisé pour son rendez-vous annuel : l’occasion de faire le point sur l’actualité de l’épargne et sa fiscalité !

Le nouveau PER salué

En préambule, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie et des finances a assuré qu’il n’y aurait pas de révision de l’avantage successoral de l’assurance vie, et rappelé les dernières évolutions législatives en matière d’épargne. La Loi Pacte incite désormais les assureurs à diversifier leur offre d’unités de compte dans l’assurance vie. Pour rappel, ils devront proposer, dès 2020, au moins un fonds vert, un fonds responsable ou un fonds solidaire ; puis les trois à partir de 2022. Autre changement : les règles du fonds euro-croissance sont améliorées pour permettre à tout moment aux épargnants de connaître le rendement de ce contrat (dont le capital est uniquement garanti à échéance). Enfin dernière nouveauté : la création, depuis le 1er octobre, du nouveau Plan d’épargne retraite (PER) qui viendra à terme remplacer les différentes enveloppes existantes (Perco, contrat Madelin, Perp, Article 83…). Un nouveau support qui vise à harmoniser les règles de l’épargne retraite, sans les rendre pour le moment aussi simples et avantageuses que ce que déclare le gouvernement.  « Mes prédécesseurs au sein de l’Afer n’avait jamais encouragé les produits d’épargne retraite, comme le Perp, un produit tunnel et complexe, mais le volet épargne de la loi Pacte est une avancée pour les épargnants », estime toutefois Gérard Bekerman, président de l’Afer qui a rappelé la contribution de l’association aux discussions sur ce texte. L’Afer, qui a récemment revu sa gamme tarifaire, devrait d’ailleurs lancer son PER en janvier.

Vers plus d’unités de compte

L’association, qui réunit 61,7 milliards d’euros d’encours à fin septembre dont à 81% dans son fonds en euros, continue de défendre son modèle dans l’assurance vie, mais elle rappelle aussi les nouveaux paradigmes qui pèsent sur les marchés. « En 40 ans, la sécurité et la garantie du capital en assurance vie ont beaucoup rapporté aux épargnants, mais ce modèle est contesté ! On ne peut pas construire l’avenir avec les recettes du passé », a résumé Gérard Bekerman. En clair : un contrat avec le seul fonds en euros dont le capital est garanti et disponible à tout moment et offrant des rendements avantageux n’est plus d’actualité compte tenu de la faiblesse des taux d’intérêt. Pour inciter les épargnants à prendre du risque et à se diriger vers des supports non garantis, l’assureur de l’Afer, Aviva, a déjà instauré, mi-septembre, de nouvelles règles de souscription de 30% au minimum d’unités de compte pour tout nouveau contrat avec un versement au-delà de 100 000 euros. L’Afer, qui assure ne pas vouloir contraindre ses adhérents, veut toutefois les accompagner en promouvant davantage ses unités de compte, notamment dans les fonds verts.

Une érosion des rendements réversible 

Reste à savoir si l’érosion du rendement du fonds en euros de l’Afer va se poursuivre cette année. Pour l’année 2018, il a encore offert 2,25%, soit 0,15 point de baisse par rapport à 2017. A long terme, le président de l’Afer se montre moins pessimiste que la plupart des professionnels de l’épargne: « On n’est pas condamné à vivre avec des taux perpétuellement bas. Ce mouvement est réversible ». Pour cela, il faudrait toutefois de nouvelles orientations dans les politiques monétaires menées par les banquiers centraux, ce qui n’est, pour le moment, pas à l’ordre du jour.

Sur le même thème

Assurance vie Afer Plan d'épargne retraite (PER) taux

Réactions et commentaires

30/10/2019 at 09:46
luc etib nigav

beaucoup de promesses mais l’avenir est sombre sur les fonds en euros et on le sait très bien .Le président de l’AFER a toujours tendance à tirer la couverture à lui et à revendiquer toutes les mesures favorables aux épargnants . Moi j’ai des doutes et je considère qu’ AFER contrairement à sa réputation n’est pas la meilleure assurance vie tant dans ses intérêts que sa gestion habituelle mais cette société dispose d’un pouvoir médiatique que les autres sociétés d’assureurs vie ne possèdent pas . Ce qui explique celà

Sur la même thématique