Cyrille Chartier-Kastler : « On a oublié que les fonds en euros ont fait le succès de l’assurance vie »

Pour le fondateur du site Good Value for Money, il faut « déstresser » le fonds en euros, tiraillé entre des épargnants en quête de sécurité pour leur assurance vie et l’engouement des assureurs pour les unités de compte. La baisse de la garantie en capital, expérimentée par certaines compagnies, pourrait être une piste à explorer.

Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Good Value for Money. Crédit: GVfM

Comment évolue le marché de l’assurance vie à la rentrée ?

Cyrille Chartier-Kastler : Un élément clé est en train de structurer le marché : on atteint 35 % de taux d’unités de compte (UC) dans la collecte. Une situation qui est relativement imposée par la profession en raison de la situation des taux d’intérêts. Ne le cachons pas, le choix n’est pas donné aux épargnants. En conséquence, comme le volume d’UC est relativement stable, à 3,5 milliards d’euros par mois, la collecte brute globale l’est aussi, située entre 9 et 10 milliards d’euros.

La collecte d’assurance vie enregistre une sévère baisse, pour le cinquième mois consécutif en juillet. Faut-il repenser le système ?

Cyrille Chartier-Kastler : Dans un contexte de taux d’intérêts négatifs, il y a maldonne dans le secteur, car on a oublié que les fonds en euros ont fait le succès de l’assurance vie. Si les UC sont un bon outil pour un investissement à moyen / long terme, les Français recherchent dans le fonds en euros l’effet cliquet, la sécurité et un rendement proche de l’inflation. Il convient d’être vigilant sur ce point : les particuliers qui veulent vraiment investir en Bourse le font avec un PEA ou un compte-titres, et pas à travers l’assurance vie, qui est chargée en frais. Nous sommes dans une situation où un « changement de paradigme » du fonds en euros est nécessaire. Il faut faire évoluer certains de ses paramètres.

Actuellement, dans un contexte extrêmement stressant et angoissant en raison de la crise du Covid-19, les Français veulent épargner de manière sécurisée. 85 milliards d’euros dorment dans les banques et le Livret A enregistre des records de collecte. D’un autre côté, il y a un gros risque de moins-value à court terme sur les UC. Il devient urgent de « déstresser » le fonds en euros.

Quelles peuvent être les solutions ?

Cyrille Chartier-Kastler : Récemment, une idée a émergé : abaisser la garantie du capital. Spirica a mis cela en œuvre, avec un capital garanti à 98% désormais sur tous ses fonds en euros, ce qui me semble être une bonne réponse. On aligne la garantie sur le niveau de l’OAT, dans le négatif actuellement.

Le gros avantage, c’est que les contraintes liées à la marge de solvabilité des assureurs sont allégées, et que cela permet de prendre plus de risques. C’est aussi le principe des fonds en euros dits « dynamiques », pour lesquels il peut y avoir de bonnes, mais aussi de mauvaises années liées aux fluctuations des marchés. Mais pour ces produits, en moyenne dans le temps, le taux moyen servi est de 0,45 % supérieur au taux classique. C’est avec ce type de solutions, à mon sens, que l’on pourra rouvrir le robinet du fonds euros.

Vous maintenez vos prévisions sur les taux servis cette année ?

Cyrille Chartier-Kastler : Oui. Selon les calculs de Good Value for Money, le taux moyen pour les fonds euros « purs », c’est-à-dire sans agréger les fonds dynamiques, immobiliers ou d’autres contrats de retraite, devrait se situer entre 1% et 1,10% cette année. L’an dernier il était de 1,33 %.

Il est aussi notable que les compagnies devraient chercher à doter davantage la provision pour participation aux bénéfices (PPB). C’est une bonne chose, car elle est constitutive de marge de solvabilité. De 4,30% actuellement, elle devrait monter au fil des années jusqu’à un niveau de l’ordre de 6%. Cela va permettre de faire baisser progressivement lez poids des obligations dans l’actif des fonds en euros : de 80% actuellement à 70%. Il sera possible de prendre plus de risques, tout en allant chercher du rendement.

Réactions et commentaires

Sur la même thématique