Se connecter S’abonner

Assurance vie : la collecte reste dans le rouge en octobre

L’assurance vie enregistre une nouvelle collecte négative en octobre, à −154 millions d’euros. Le huitième mois consécutif de baisse.

assurance vie

Le trou dans la collecte en assurance vie se poursuit, mais à moindre vitesse. La Fédération française de l’assurance (FFA) enregistre ainsi en octobre une nouvelle collecte négative, à -154 millions d’euros, après -800 millions en septembre. Soit le huitième mois consécutif de décollecte. Les cotisations se sont élevées à 10,9 milliards d’euros, avec une proportion des supports en unité de compte qui atteint 34%, tandis que le montant des prestations versées au cours du mois d’octobre était de 11,0 milliards d’euros selon la FFA.

« La très faible décollecte du mois d’octobre souligne que les ménages reviennent progressivement sur l’épargne de long terme et que le premier produit d’épargne ne souffre d’aucune défiance. Il n’en demeure pas moins que dans l’histoire de l’assurance vie, un tel cycle de décollecte n’avait jamais été enregistré », analyse Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne.

Depuis le début de l’année 2020, la collecte nette reste négative, s’établissant à -7,3 milliards d’euros. En comparaison, elle était positive de 22,3 milliards d’euros sur les 10 premiers mois de l’année 2019.

Les prestations versées restent supérieures aux cotisations

Le cumul des cotisations en assurance vie a atteint 93,0 milliards d’euros, contre 121,6 milliards d’euros sur la même période en 2019. Le montant total des prestations versées s’est élevé à 100,3 milliards d’euros (99,3 milliards d’euros sur la même période en 2019) et « reste donc supérieur aux cotisations perçues par les assureurs ». Par ailleurs, les versements cumulés sur les supports en unité de compte représentent 31,8 milliards d’euros, soit 34% des cotisations (26% sur la même période en 2019).

« Dans un contexte de crise sanitaire doublée d’une crise économique, les ménages éprouvent, à juste titre, les pires difficultés pour se projeter et donc s’engager sur le long terme. Ils privilégient la liquidité absolue ; les dépôts à vue et les livrets sont les principaux réceptacles de l’épargne Covid », selon le Cercle de l’Epargne.

A fin octobre 2020, l’encours des contrats d’assurance vie représente quelque 1 753 milliards d’euros. La part de cet encours investie dans des actifs d’entreprises (actions, obligations, immobilier) « atteint les 60% », souligne la FFA, pour qui « c’est par conséquent près de 1 100 milliards d’euros qui contribuent au financement des entreprises ».