Se connecter S’abonner

Covid-19 : comment les CGP ont arbitré l’épargne des Français en 2020

Les allocations en UC et le compte-titres ont eu la cote l’an passé, selon l’observatoire Nortia, qui a analysé la collecte et les mouvements d’arbitrage des quelque 1000 CGP actifs de la plateforme.

épargne
Crédit: iStock.

Quelles ont été les solutions d’investissement choisies par les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) durant la crise sanitaire ? L’observatoire Nortia en donne une idée, construit sur la collecte et sur les mouvements d’arbitrage des quelque 1000 CGP actifs de la plateforme.

Diversification des allocations et options ISR fin 2020

En 2020, les actions et les produits structurés ont sans été plébiscités dans les allocations des CGP. Ces derniers ont en effet cherché à tirer parti des opportunités de ces classes d’actifs, mais à proportion variable selon l’époque de l’année. En assurance-vie, Nortia note trois temps distincts : un premier trimestre « très actif » pour profiter de la correction des marchés financiers, à plus de 53 % des collectes en unités de comptes (UC). Puis une position d’attente aux deuxième et troisième trimestres, avec plus de 50 % des nouveaux flux vers le fonds euros. Enfin, offrant davantage de visibilité, le quatrième trimestre a permis d’investir de nouveau en UC. A cette période, les CGP ont en outre « diversifié leurs allocations avec des fonds sectoriels et thématiques, notamment ISR ».

« Ultra-réactifs au deuxième trimestre pour profiter des opportunités générées par la crise sur les marchés financiers, ils ont su garder cette rationalité au second semestre, explique Philippe Parguey, directeur général de Nortia. Ils ont adopté une position d’attente au retour de l’été, avant de se forger une opinion sur les perspectives 2021, à l’aune de l’arrivée des vaccins, de la résolution de certains risques politiques majeurs (élections américaines, Brexit…), et donc de revenir sur des supports comme les fonds actions thématiques notamment ».

Le compte-titres gagnant

Si l’assurance vie en UC a été une valeur sûre, le comptes-titres n’est pas en reste. L’année dernière aura été un excellent cru pour ce placement, avec 490 millions d’euros de collecte sur la plateforme. Un montant qui dépasse même, « pour la première fois, la collecte en assurance-vie ». C’est « la plus grande rapidité d’investissement sur ce placement » qui a séduit les CGP. Concernant l’immobilier, enfin, l’année écoulée s’est achevée sans trop de heurts. « Les sociétés de gestion, en communiquant rapidement des taux de recouvrement des loyers rassurants, ont redonné confiance aux investisseurs », précise Adrien Lhermitte, responsable de l’ingénierie financière.