Se connecter S’abonner

Assurance vie : les fonds français à l’honneur

L’AMF vient de passer au crible les portefeuilles financiers des assureurs français. Ils détiennent largement des fonds de droit français et surtout des produits maison.

obligatiion

Cocorico ! Les assureurs plébiscitent très largement les fonds de droit français.  Ceux-ci représentent en termes d’encours 73% des unités de compte, d’après une récente étude de l’AMF. L’autorité a analysé les portefeuilles financiers de près de 700 assureurs français au 30 juin 2020. Elle a compilé la gestion de leurs fonds en euros et les unités de compte proposés aux épargnants. Dans le détail, ils possèdent 6 844 parts de fonds correspondant à 4 923 fonds de droit français. Près de 1 000 fonds français sont détenus à plus de 80% par des assureurs dans le cadre de leur offre d’unités de compte.

Un poids important qui pourrait s’avérer préoccupant en cas de retrait massif de capitaux dans l’assurance vie. L’AMF se montre d’ailleurs attentive à ce sujet. «Certains outils de gestion de liquidité des fonds (swing pricing, gates,…) sont moins présents dans les prospectus de fonds distribués par les assureurs alors qu’ils permettent pourtant de protéger les investisseurs en cas de problème sur les marchés », commente Pierre-Emmanuel Darpeix, économiste senior à l’Autorité des Marchés Financiers et co-auteur de l’étude.

Une offre de fonds maison

En apparence, les assureurs détiennent de nombreux fonds. Mais dans les faits ils utilisent surtout ceux de leurs filiales sociétés de gestion. Axa travaille par exemple avec sa filiale de gestion Axa Investment Managers. Crédit Agricole Assurances passe par Amundi et ses différentes entités (CPR AM, BFT IM…). Dans la plupart des cas, plus de la moitié des fonds retenus sont issus du même groupe. Et certaines compagnies vont même plus loin. Elles se concentrent à 90% sur des fonds maisons. Selon l’AMF, ce lien très fort entre les assureurs et leur société de gestion pose question de la gestion des conflits d’intérêt. « La réglementation impose aux assureurs et aux gestionnaires un certain nombre de règles pour une gestion dans le meilleur intérêt des clients et constitue un point de vigilance pour l’AMF », rappelle Pierre-Emmanuel Darpeix.

L’offre des unités de compte mise à leur disposition des épargnants est-elle bien adaptée à leurs attentes ? « Les contrats d’assurance vie standards, distribués par les réseaux bancaires, les assureurs ou les agents généraux comportent généralement beaucoup de fonds maison. Les contrats Internet, patrimoniaux ou ceux proposés par les CGPI sont quant à eux plus riches en fonds extérieurs et souvent aussi plus performants », constate Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du site Good Value For Money. L’épargnant a tout intérêt à se tourner vers une offre financière riche et ouverte. Retrouvez ci-dessous, la liste de Good Value For Money des principaux fonds distribués dans les contrats d’assurance vie patrimoniaux. Sans surprise, on y retrouve les grands classiques de Comgest, La Financière de l’Echiquier, Carmignac ou encore Sycomore.

43% du passif des fonds diversifiés

Du côté des pratiques de gestion, les assureurs sont particulièrement friands de fonds diversifiés français. Ils détiennent près de 43% de leur passif. Ils intègrent également des fonds actions dans leur gestion. Ce type de gestion est aussi assez largement proposé aux épargnants. Selon les calculs de l’AMF, 30% des fonds diversifiés et un quart des fonds actions français sont distribués via des unités de compte.  « Attention à l’ensemble des frais, martèle Cyrille Chartier-Kastler. En moyenne, un fonds actions France supporte 2,18% de frais courants, dont 0,84% de rétrocessions. Des coûts souvent peu connus des épargnants qui viennent pourtant grever chaque année la performance. » Des éléments que l’AMF pourrait à l’avenir aussi quantifier dans ses prochaines études.