Se connecter S’abonner

L’assurance vie retrouve des couleurs en ce début d’année 2022

Selon des chiffres publiés par France Assureurs, la collecte nette atteint 3 milliards d’euros en janvier, une première depuis près de trois ans.

assurance vie
Crédit : iStock

Le marché français de l’assurance vie a plutôt bien commencé l’année. La collecte nette atteint 3 milliards d’euros en janvier, une première depuis près de trois ans, selon des chiffres publiés par France Assureurs (ex-Fédération française de l’assurance). « L’assurance vie a retrouvé des couleurs tout au long de l’année 2021 et le début de l’année 2022 vient le confirmer », a déclaré Franck Le Vallois, directeur général de la fédération à l’occasion d’une conférence de presse. Les cotisations s’établissent ainsi à 13,8 milliards d’euros (300 millions de plus qu’en janvier 2021). Les prestations sont en baisse de 400 millions d’euros par rapport à l’an dernier, à 10,8 milliards d’euros.

Après une année 2020 touchée par la pandémie, l’assurance vie a de nouveau connu la croissance en 2021. Quelque 150 milliards d’euros y ont été déposés sur l’année, un record, souligne la fédération. Face à la baisse de rendement des fonds en euros, dont le capital est garanti, les Français ont également accru leur exposition au risque, signe d’une amélioration de la confiance après le choc de la crise sanitaire.

18 millions de Français ont une assurance vie

En janvier, les cotisations en unités de compte (UC) se sont montées à 5 milliards d’euros, en hausse de 800 millions d’euros. Au total à fin janvier, les encours des contrats d’assurance vie atteignent 1.871 milliards d’euros, en hausse de 4,3% sur un an. On compte en France quelque 18 millions de détenteurs de contrats et 38 millions de bénéficiaires. Le contexte géopolitique, bousculé par la guerre en Ukraine, pourrait dans les prochains mois avoir un impact sur l’économie et sur le mode d’épargne des Français, mais ces conséquences restent pour l’heure incertaines.

Le directeur général de France Assureurs s’est néanmoins voulu rassurant en affirmant que « l’assurance vie pour les épargnants français représente un amortisseur des différents effets qu’une crise, avec ses impacts économiques, peut avoir ». Il a par ailleurs affirmé que l’exposition des assureurs français en Russie et en Ukraine était « inférieure à 0,03% » et donc « très limitée ».

L.M. avec AFP.