Se connecter S’abonner

Assurance vie : petit ralentissement au mois de juillet

« Le Livret A et l’assurance vie ne sont pas des produits comparables » et répondent à des objectifs différents, a fait valoir le président de France Assureurs pour relativiser le risque de cannibalisation entre les deux produits.

assurance

Les Français ont encore déposé plus d’argent qu’ils n’en ont retiré sur leur assurance vie en juillet, même si le différentiel s’est réduit par rapport à 2021, à 800 millions d’euros, selon les données communiquées lundi par France Assureurs, la fédération du secteur. En juillet 2021, la collecte nette s’était ainsi élevée à 1,1 milliard d’euros, soit 300 millions de plus qu’en juillet 2022. Une « légère baisse », selon Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs, mais une hausse par rapport aux 600 millions d’euros de juin 2022.

Depuis le début de l’année, l’assurance vie a engrangé 12,9 milliards d’euros net, soit 1,4 milliard de plus qu’en 2021 sur la même période. Dans le détail, en juillet, la collecte reste tirée par les unités de compte (UC), une modalité de placement potentiellement plus rémunératrice que les traditionnels fonds en euros, dont le capital est garanti, mais aussi plus risquée. En juillet, les Français ont ainsi plébiscité les unités de compte (2,5 milliards d’euros de collecte nette) tandis que les retraits sur les fonds euros ont excédé les placements à hauteur de 1,7 milliard d’euros.

L’assurance vie, incomparable avec le livret A

Les fonds en euros ont vu leur rendement fondre ces dernières années, plombés par la baisse continue des taux. En 2021, le rendement moyen net de prélèvements sociaux s’est élevé à 0,89%, soit bien moins que l’inflation, selon le baromètre du cabinet Facts and Figures. S’il pourrait remonter en 2022, il demeurera bien en dessous de l’inflation, mais pourrait également être inférieur au rendement du Livret A, dont le taux de rémunération a été porté à 2% au 1er août.

« Le Livret A et l’assurance vie ne sont pas des produits comparables » et répondent à des objectifs différents, a fait valoir M. Le Vallois pour relativiser le risque de cannibalisation entre les deux produits. Il a notamment cité la revalorisation du Livret A en février, passé de 0,5% à 1%, et qui n’avait pas eu d’effet notable sur l’assurance vie.

A contrario, l’année 2020, marquée par l’explosion de la pandémie de Covid-19, avait été une année record pour le Livret A tandis que l’assurance vie avait connu une désaffection historique. Au total, à fin juillet, les encours des contrats d’assurance vie atteignent 1.847 milliards d’euros, soit « un niveau quasi stable sur un an », selon France Assureurs.