Se connecter S’abonner

Assurance vie : une collecte de nouveau positive en septembre

Après une décollecte de 600 millions d’euros en août, l’assurance vie a renoué avec des souscriptions nettes positives en septembre. Ces dernières ont été portées encore par les unités de compte.

retraite
Crédit : iStock.

Près de 500 millions d’euros, tel est le montant de la collecte nette en assurance vie pour le mois de septembre, selon les dernières données publiées par France Assureurs. Le placement préféré des Français conserve toujours de l’attrait, malgré une conjoncture pour le moins difficile. Les souscriptions nettes s’avèrent toutefois bien moins importantes qu’en septembre 2021 (+ 1,8 milliard d’euros à l’époque).

Unités de compte privilégiés

Les épargnants continuent d’alimenter leur contrat en priorité sur les supports en unité de compte. Ces fonds risqués sont pourtant non garantis en capital, contrairement au fonds en euros. La part des UC dans les cotisations s’élève à 39% depuis le début de l’année, soit un niveau relativement stable ces derniers mois. « Depuis près de deux ans, nous assistons de manière quasiment systématique à une décollecte du fonds en euros au profit des unités de compte. Les épargnants étant toujours à la recherche de rendement et de diversification pour leur épargne », précise Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs. Il faut dire que les compagnies orientent largement leurs clients en ce sens.

Dynamisme du PER

Ces chiffres positifs de l’assurance vie sont aussi alimentés par l’attrait des épargnants pour les Plans d’épargne retraite (PER). En septembre, 46 700 nouveaux clients en ont souscrit un auprès d’une entreprise d’assurance. Par ailleurs, 11 400 assurés ont transféré d’anciens contrats (Madelin, Perp…) vers un PER pour 279 millions d’euros sur le mois.  Au total à fin septembre 2022, 3,5 millions de Français détiennent un PER pour un encours total de 43,4 milliards d’euros.

Des encours en baisse

Pour autant, les encours de l’assurance vie se sont réduits. Ils sont passés sur un an de 1847 milliards d’euros à 1808 milliards d’euros. Une tendance qui reflète la baisse générale des marchés. Pour le moment, France Assureurs reste confiant sur la résilience de l’assurance vie, malgré la concurrence plus forte du Livret A. La hausse des taux – la BCE vient de relever à nouveau de 75 points de base ses taux directeurs – ne suscite pas l’inquiétude de France Assureurs. Cela constitue toutefois un challenge dans la gestion des fonds en euros. Ces enveloppes détenant d’anciennes obligations resteront bien moins rémunératrices et devraient inciter les assureurs à piocher dans leurs réserves pour doper leur rendement.