Se connecter S’abonner

Une solution anti-inflation chez MonPetitPlacement

La fintech lyonnaise dédiée à l’épargne en assurance vie des particuliers lance un produit structuré pour garantir un capital face à l’inflation. Détail.

2400 euros ! Tel est le montant moyen d’épargne qui s’est évaporé des livrets A et des fonds en euros détenus par les Français en 2022. La principale raison : l’inflation ! « Les épargnants ont bien conscience que les prix augmentent, mais ils ne se rendent pas compte concrètement de l’impact que cela peut avoir sur leur patrimoine », indique Thomas Perret, co-fondateur de MonPetitPlacement. Pour remédier à cette situation, cette fintech lyonnaise, qui a calculé ce chiffre, vient aussi de lancer sur son site Internet un simulateur. Celui-ci vise à identifier l’impact réel de l’inflation sur son épargne.

Une réponse aux attentes des épargnants

Son action ne s’arrête pas là, puisque MonPetitPlacement vient de compléter son offre de conseils de placement en assurance vie par un portefeuille anti-inflation. « En sondant nos 20 000 clients, nous nous sommes rendu compte qu’ils souhaitent aujourd’hui prendre très peu de risques tout en augmentant leur rendement face à l’inflation », ajoute Thomas Perret. Un paradoxe que la fintech a résolu en créant, avec le concours de la Société Générale, un produit structuré.

Une courte fenêtre de souscription

Accessible à partir de 1000 euros et seulement entre le 15 novembre et le 15 janvier, ce fonds permet de garantir le capital sur cinq ans et d’obtenir chaque année un rendement lié à la hausse généralisée des prix. Ce produit est en effet indexé à l’évolution des prix en Europe hors tabac (via l’indice Eurostat  Eurozone HICP ExTobacco Unrevised Series NSA). Attention, son rendement est plafonné. Il vous assure au minimum une rémunération annuelle de 2% (même en cas d’inflation à un taux inférieur) et au maximum à 7%, soit entre 0,98% et 5,92% net de frais de gestion. Un niveau qui ne reflète donc pas totalement la hausse généralisée des prix en zone euro, qui vient de dépasser 10% en octobre.

Un produit plafonné

Il s’agit donc d’un produit à capital garanti pour parier sur le maintien de l’inflation à un niveau élevé mais moins qu’actuellement. Une stratégie qui a du sens à l’heure où la BCE met tout en œuvre pour réduire l’inflation. Seul bémol de taille : les frais. Dans le détail, l’épargnant se verra facturer des droits d’entrée de 4% répartis entre la Société Générale (1%), le conseil Equitim (0,5%), l’assureur Apicil (1%) et Mon Petit Placement (1,5%). « Ces frais d’entrées seront remboursés au bout des cinq ans si le client est resté jusqu’à l’échéance  », nuance Thomas Perret. MonPetitPlacement ne prélève pas, par ailleurs, ses habituels commissions de performances trimestrielles en cas de gains sur les unités de compte qu’ils proposent à ses clients. Il est possible de sortir avant le terme du produit en 2028. Les coupons annuels seront même versés, mais l’impact des frais dégradera fortement la performance.