Se connecter S’abonner

Assurance vie : la souscription d’unités de compte bat son plein

L’assurance vie séduit à nouveau les épargnants, avec une collecte de plus de 6 milliards depuis le début de l’année. Le taux d’UC se maintient à un haut niveau, de 37% en moyenne d’après la FFA.

Quelque 1,6 milliard d’euros ont été collectés en assurance vie en avril, confirmant « la dynamique observée depuis plusieurs mois » dans le secteur, selon la Fédération française de l’assurance (FFA). Sur les quatre mois de l’année, elle s’établit à 6,4 milliards d’euros.

Les cotisations se sont élevées à 13,1 milliards d’euros en avril, faisant plus que doubler par rapport au même mois de 2020 (6,5 milliards d’euros), « du fait de la quasi-mise à l’arrêt des réseaux de distribution lors du premier confinement et d’une forme d’attentisme de la part des épargnants » selon la FFA. De manière plus comparable, les cotisations ont progressé entre avril 2019 et avril 2021 (+2 %). Côté prestations versées, sur le mois d’avril 2021 (+11,5 milliards d’euros), le niveau est également supérieur à celui du mois d’avril 2020 (+8,7 milliards d’euros).

L’assurance vie retrouve son rythme d’avant-crise

La collecte nette en unités de compte (UC) se monte à 2,9 milliards d’euros en avril, portant à 10,8 milliards d’euros depuis le début de l’année, « des niveaux inobservés depuis 2007 », indiquent les assureurs. Leur part dans les cotisations s’établit ainsi à 37 % sur le mois d’avril, à un niveau élevé (34 % sur l’année 2020) mais stable depuis le début de l’année. Ce qui « confirme un mix produit de plus en plus favorable aux UC ».

Un choix payant pour le moment : depuis le début de l’année, la performance des UC s’élève à 4,3 %. Cette dynamique constitue également un « soutien significatif au financement de l’économie et à la relance ». Et ce dans la mesure où les unités de compte sont investies à hauteur de 83 % en actifs d’entreprises (55 % en actions, 20 % en obligations et 8 % en immobilier), selon la FFA.

« L’assurance vie a retrouvé, malgré le troisième confinement, son rythme de croissance d’avant crise sanitaire. Il n’y a pas de rebond, les ménages n’ayant pas encore décidé de replacer l’épargne subie et de précaution constituée depuis le mois de mars 2020, analyse Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne. L’amélioration de la situation sur le plan sanitaire et l’espoir d’une forte croissance économique permettent néanmoins de reprendre le chemin de l’épargne longue

Fin avril 2021, les encours des contrats d’assurance vie atteignent 1 818 milliards d’euros, en progression de +4,5 % sur un an.