Se connecter S’abonner

Fonds euros en assurance vie : vers des taux de rendement proches de 1% en 2021

Les fonds euros devraient délivrer un rendement réel plus très éloigné de la rémunération du livret A en 2021…

assurance vie
Crédit : iStock.

La lente et certaine érosion des rendements des fonds euros en assurance vie n’est pas près de s’arrêter. Alors que le taux net moyen servi s’établissait à 1,30 % en 2020 selon la Fédération française de l’assurance (FFA), contre 1,46 % un an plus tôt, le recul « devrait se poursuivre » cette année encore, selon Optimind, qui publie les résultats de son benchmark sur l’application de Solvabilité 2. Mauvaise nouvelle pour les assurés, donc. Le cabinet anticipe en effet un taux net de frais mais hors fiscalité qui devrait « se rapprocher de 1 % ». De quoi réduire l’écart avec la rémunération offerte sur le Livret A, à 0,50 %.

Le mouvement inflationniste, observé depuis plusieurs semaines, n’arrangera pas les choses. La crainte d’une remontée de l’inflation, « de plus en plus présente et provoquée par la perspective du retour de la croissance et d’un moindre soutien monétaire des banques centrales », devrait dans l’immédiat peser davantage sur les taux servis, selon Optimind : « dans un environnement inflationniste, le rendement réel des fonds en euros s’affaiblirait encore ».

Le scénario incertain de la remontée des taux longs

Quant à la remontée des taux obligataires qui devrait en découler, elle n’est pas non plus sans générer d’incertitudes. « Cela dépendra de son ampleur et de sa vitesse », estime le cabinet. En effet, si le mouvement était modéré, les assureurs pourraient en profiter pour « améliorer progressivement le rendement de leurs portefeuilles
avec des actifs plus rémunérateurs
».

Le cas échéant, une brusque remontée pourrait être « néfaste si de nouveaux entrants sur le marché ou de nouveaux fonds faisaient leur apparition, au détriment des plus anciens». En clair, nombre d’assureurs devront continuer d’écouler les vieilles obligations non rémunératrices qu’ils détiennent en portefeuille avant de pouvoir en souscrire de nouvelles. Ce que n’attendront pas les acteurs nouvellement venus, déjà particulièrement compétitifs en termes de frais.