Se connecter S’abonner

Fonds euros en assurance vie : moins bien que le Livret A cette année ?

Au plus bas l’an passé, les taux des fonds en euros sont en hausse en 2022, selon un premier bilan de Facts & Figures. Mais ils resteraient en moyenne au niveau du Livret A, voire un peu moins.

primes d'assurance
Crédit : iStock.

Le cabinet de conseil chiffre la performance nette moyenne des fonds en euros classiques entre 1,60% et 2% en 2022. Dans la fourchette haute, on devrait retrouver les « contrats phares » de l’assurance vie. De quoi talonner la rémunération du Livret A, relevée à 2% depuis le 1er août. Facts & Figures évalue le rendement des fonds en euros classiques des contrats d’assurance-vie individuelle à 1,08 % en 2021, après 1,10% en 2020. Soit, net d’inflation et de prélèvements sociaux, une performance qui ressort dans le rouge, à – 0,71 %. « Sur les 3 dernières années (2019-2021), il a été de – 0,10 % et sur les 5 dernières (2017-2021) de – 0,05 % ».

Réserves

L’amélioration devrait donc, dans le contexte inflationniste actuel, être remarquée par les épargnants après des années d’érosion des rendements. Ce niveau sera en partie atteint « en puisant dans les réserves, dont la PPB », souligne Facts & Figures, qui chiffre le stock moyen de celle-ci à 5 %. « C’est ce levier qui devrait être activé pour gérer le taux servi sur les fonds en euros en comparaison avec le Livret A (même si ces deux placements n’ont rien à voir), selon le cabinet. L’enjeu est d’éviter des sorties en hausse sur les fonds en euros au printemps 2023 suite à l’annonce des taux 2022 ».

Parmi les éléments structurants pour les prochains mois pour le marché, Facts & Figures identifie « trois points-clés à surveiller comme le lait sur le feu » concernant l’évolution des fonds en euros et les réactions des épargnants.

En premier lieu, l’évolution des taux en zone euro et de l’inflation. Notamment « l’inflation importée avec le cumul de la chute de l’euro par rapport au dollar et la hausse du prix de l’énergie au plan mondial ». Deuxième point d’attention, sur le front des obligations : « la vitesse de développement sur le marché d’offres attractives de fonds obligataires à échéance permettant de capter immédiatement à la fois la hausse des taux et les spreads importants sur le corporate ». Enfin, le cabinet de conseil s’interroge sur un aspect psychologique qui ne manquera pas d’être déterminant : « la réaction des épargnants lorsqu’ils compareront les taux servis sur les fonds en euros de leurs contrats d’assurance-vie au titre de 2022 avec l’inflation, et le rendement des autres formes de placement ».