Se connecter S’abonner

« Hausse des taux : de bon augure pour l’assurance vie ! »

Cela fait des années que le rendement du fonds en euros est orienté à la baisse. Mais la hausse des taux obligataires devrait permettre d’inverser la tendance, dès cette année. Par Gilles Belloir, directeur général de Placement-Direct.fr.

Gilles Belloir, directeur général du courtier en ligne Placement-direct.fr.

Qui n’a jamais entendu parler du fameux fonds en euros d’un contrat d’assurance vie ? Garanti en capital à tout instant, il concentre à lui seul la majorité des versements. Sur les sept premiers mois de l’année il a attiré exactement 59% des cotisations pour un montant de 52,3 milliards d’euros, selon France Assureur. Ce chiffre, certes en baisse depuis plusieurs années, dépasse largement celui des livrets réglementés (22,2 milliards d’euros pour le Livret A et le LDDS), concurrents qu’on le veuille ou non du fonds en euros.

Si le fonds en euros conserve l’intérêt des épargnants et peut se prévaloir du titre de placement financier préféré des Français, son rendement a toutefois souffert ces dernières années. Il a par exemple été en moyenne de seulement 1,30% en 2020 et 2021, net des frais de gestion du contrat mais avant les prélèvements sociaux de 17,2%.

2,70% pour l’OAT 10 ans à fin septembre

La hausse des taux d’intérêt que nous observons depuis de le début de l’année change toutefois complètement la donne. A titre d’exemple, le taux de l’OAT 10 ans de l’état français est passé d’un niveau à peine supérieur à 0% en début d’année à 2,70% fin septembre. Un fonds en euros, composé en moyenne d’environ 80% d’obligations, selon l’analyse de Good Value for Money (GVFM), dont 40% émises par des Etats et 60% par des entreprises, est automatiquement très sensible à leur évolution.

La compagnie d’assurance, qui porte le plus souvent les titres obligataires jusqu’à leur remboursement, utilise les coupons pour alimenter le rendement du fonds en euros. C’est alors assez mécanique, une augmentation des taux d’intérêt est favorable aux nouveaux investissements des assureurs et viendra bonifier la rémunération de leurs actifs.

L’épargnant devra toutefois s’armer de patience avant que la remontée du rendement du fonds en euros soit d’envergure, le temps que la compagnie reconstitue un stock significatif de titres obligataires plus rémunérateurs. L’érosion des rendements a été très lente, il est vraisemblable que leur progression le soit tout autant.

Des réserves pour booster le rendement

A moins que les compagnies d’assurance décident de lui donner un coup de fouet. Pour cela elles disposent d’une réserve de rendement, appelée provision pour participations aux bénéfices (PPB). Ces dernières années, les assureurs vie ont été prévoyants en dotant significativement cette réserve. Selon France Assureurs, elle représentait fin 2020 l’équivalent de 5,4% de rendement. Dit autrement, en reprenant cette réserve les assureurs pourraient, en moyenne, bonifier le rendement de leurs fonds en euros de plus de 1% par an sur les cinq prochaines années.

Avec le retour de l’inflation et la hausse des livrets règlementés, il est probable que certaines compagnies d’assurance décident de franchir le pas afin de maintenir une forte attractivité de leurs contrats. La traditionnelle période d’annonce des rendements du début d’année sera, sans l’ombre d’un doute, très intéressante à suivre. Elle devrait en outre redonner de l’appétit aux épargnants pour comparer les meilleurs contrats d’assurance vie du marché.