Se connecter S’abonner

Baisse du taux du Livret A: une histoire de formule… et de volonté politique

L’abaissement du taux à 0,5% découle du nouveau mode de calcul, auquel le gouvernement n’a pas choisi de déroger.

En février prochain, le Livret A inscrira un nouveau record. A 0,5%, son taux chutera à un seuil jamais atteint depuis sa création il y a plus de 200 ans.

Un nouveau calcul

Si l’environnement de taux bas peut rendre compréhensible cet abaissement, il faut toutefois rappeler qu’il découle directement de l’application d’une nouvelle formule de calcul.

A LIRE >>> Consultez les rendements 2019 des contrats d’assurance vie

Jusqu’ici, le taux était déterminé en faisant la moyenne sur les six derniers mois des taux de marché (Eonia) et de l’inflation hors tabac. Toutefois, le niveau de l’inflation était le seul critère retenu s’il s’avérait plus favorable aux épargnants.

Avec une inflation moyenne de 0,9% sur le semestre écoulé, le taux du Livret n’aurait donc théoriquement pas pu chuter jusqu’à 0,5%. Mais la règle a changé. En avril 2018, l’exécutif a décidé de modifier le mode de calcul du taux avec une nouvelle formule applicable en 2020.

Désormais, seule compte la moyenne des taux de marché et de l’inflation, avec toutefois un plancher fixé à 0,5%. La formule ayant fait ressortir un chiffre de 0,23% pour les six derniers mois, c’est donc le niveau minimal de 0,5% qui sera retenu comme taux à compter de février.

Un choix politique

Bien entendu, le calcul du taux est une chose et son application effective en est une autre. De fait, Bercy a toujours la possibilité de déroger à l’application de la formule en cas de circonstances exceptionnelles. Par le passé, le ministère de l’Economie ne s’est d’ailleurs pas privé d’user de ce droit à plusieurs reprises, soit pour soutenir artificiellement le taux du livret, soit pour éviter une remontée jugée injustifiée.

Cette fois, l’exécutif a décidé de ne pas intervenir et de laisser s’appliquer la formule théorique. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, l’a notamment justifié par l‘impact positif attendu sur le financement du logement social.

On peut aussi y voir la conséquence d’un changement dans la société. La question du taux du Livret A est visiblement devenue beaucoup plus sensible qu’auparavant. Les épargnants ont peu à peu appris à vivre avec des taux bas. Et les statistiques récentes ont prouvé qu’une rémunération symbolique ne détournait pas nécessairement les Français du Livret.

Et à l’avenir ?

L’application de cette nouvelle formule pourra aussi avoir une autre conséquence à l’avenir en cas de remontée du taux. Auparavant, il évoluait par pas de 0,25% (l’arrondi était effectué au quart de point le plus proche). Désormais, l’ajustement doit se faire au dixième de point voisin. Selon l’évolution des taux et de l’inflation, il sera donc pas impossible d’avoir dans le futur un livret à 0,6%, 0,7% ou 0,8%.