Se connecter S’abonner

Dans l’univers des livrets bancaires, le Livret A reste la solution la moins pire pour loger une partie de votre épargne

Même avec un taux abaissé, le Livret A restera en février moins pénalisant que la plupart des produits comparables.

chômage
iStock

Face à une inflation attendue à 1%, le Livret A ne constituera certainement pas une bonne affaire en 2020. Avec un taux abaissé à 0,50% à compter de février, il servira en moyenne 0,52% sur l’année et sera donc loin de protéger le capital de l’érosion monétaire. Mécaniquement, une somme placée en 2020 sur un Livret A perdra 0,48% de pouvoir d’achat. Pour autant, sera-t-il possible de trouver mieux ? Telle est finalement la vraie question à se poser.

A LIRE >>> Le Livret A, un livret pas si populaire que ça

Les personnes qui restent sous certains plafonds de revenus (par exemple 19.977 euros pour une personne seul) pourront évidemment se tourner vers le Livret d’épargne populaire (LEP) et son taux moins rédhibitoire de 1%. Compte tenu du succès assez relatif de ce produit, le gouvernement a d’ailleurs indiqué récemment vouloir en simplifier les procédures d’ouverture.

Attention aux comparaisons trompeuses

Pour les épargnants plus aisés, force est de constater que les opportunités ne sont pas légions. Nombre d’articles conseillent de regarder vers le PEL. Il est vrai que certains vieux plans offrent des taux attractifs. En revanche, les plans actuels ne servent que 1% brut, soit 0,7% net de fiscalité. Et il faut rappeler que les PEL n’ont pas la souplesse d’un livret A. Un retrait entraîne la clôture du plan et peut même faire perdre une partie des intérêts s’il a lieu avant le deuxième anniversaire.

L’assurance vie n’est guère plus compétitive. L’épargnant reste ici libre de retirer son argent quand il le souhaite. Mais la fiscalité et les frais appliqués pénalisent les retraits à court terme et incitent à adopter une optique de moyen terme.

Des livrets bancaires guère plus reluisants

Pour trouver une alternative crédible au Livret A, mieux vaut donc comparer ce qui est comparable. Ne facturant aucun frais et offrant à son détenteur une liquidité totale, le Livret A est rappelons-le un support d’épargne de précaution. Son objectif n’est pas d’enrichir son détenteur dans la durée mais de lui permettre de garder un peu d’argent de côté  pour faire face aux besoins d’urgence.

Dans cette catégorie, seuls les livrets bancaires ordinaires constituent des comparables pertinents. Or, de leur côté, la situation n’est guère plus réjouissante. En marge de quelques taux promotionnels appliqués sur des périodes très courtes, les taux de base se situent eux aussi à des niveaux planchers avec une moyenne proche de 0,2% et beaucoup d’offres à 0,1% voire moins.

Certes, il est encore possible de trouver des livrets à 0,8%. Mais il ne faut pas oublier que ces produits sont fiscalisés. Ainsi, un taux de 0,8% aboutit à une rémunération nette de 0,56%, finalement peu éloignée de celle d’u Livret A.

En résumé, si l’objectif est de garder près de soi une somme pouvant être mobilisée facilement, le Livret A demeure certainement la solution « la moins pire ». Et au demeurant, plutôt que de laisser dormir sur un compte non rémunéré les sommes en attente d’un remploi, il est toujours préférable de les placer sur un Livret A, même à un taux de 0,5%.