Se connecter S’abonner

Ces plans épargne-logement que les banques aimeraient bien clôturer

Certains épargnants disposent de PEL qui sont particulièrement rémunérateurs, dans le contexte actuel de produits d’épargne à taux bas. Attention à ne pas le fermer sans le vouloir.

PEL
Crédit: iStock.

Les temps sont durs pour les détenteurs de livrets d’épargne. Le taux du livret A est en baisse, les livrets des banques ne sont pas très rémunérateurs. Les détenteurs de PEL contractés avant le 1er août 2016 (et la baisse du taux à 1%) ont, eux, encore le sourire, car leur épargne est rémunérée à 2%, avant imposition et prélèvements sociaux, rappelle le site Boursorama.com. Ce taux ne varie pas entre l’ouverture du PEL et sa fermeture.

D’ailleurs, le site rapporte des chiffres de la Banque de France qui indiquent que le taux moyen de rémunérations des PEL étaient en 2019 de 2,65%. Là encore, avant prélèvements sociaux et impôts, pour les PEL de plus de 12 ans ouverts avant 2018 ou ceux ouverts après cette date, selon Service-public.fr.

A LIRE >>> Un plan d’épargne logement (PEL), à quoi ça sert et combien ça rapporte ?

Ne pas effectuer de retraits

Dans ces circonstances, les banques seraient tentées de clôturer les plans épargne-logement les plus rémunérateurs, qui leur coûtent cher en intérêts. Mais comme le précise Boursorama, les établissements ne peuvent pas faire n’importe quoi. Les PEL ouverts avant le 28 février 2011 ont une durée de vie illimitée, ce qui n’est pas le cas de ceux ouverts après le 1er mars 2011, dont la durée de vie maximale est de 15 ans (10 ans de versement et 5 de plus pour faire fructifier).

A LIRE >>> Épargne: comment faire fructifier l’argent de vos enfants?

De plus, pour conserver son PEL, il faut respecter à la lettre certaines règles. En effet, « tout retrait effectué sur un PEL entraîne la clôture du plan », rappelle Service-public.fr. En cas de retrait, surtout avant 4 ans, vous perdez des droits pour des prêts ou des primes. Si c’est avant 2 ans, les intérêts sont même recalculés. Enfin, le non-respect des règles de versement (540 euros par an, divisés en 45 euros par mois ou 135 euros par trimestre ou 270 euros pas semestre) peut entraîner la clôture. Aussi, la somme totale versée sur le PEL ne doit excéder 61 200 euros (sans compter les intérêts).