Se connecter S’abonner

Les fonds d’infrastructure gérés en France attirent les investisseurs

Selon la troisième édition de l’étude commune de l’AFG et de France Invest sur l’activité des fonds d’infrastructure gérés en France, ces fonds ont levé l’an dernier 15,6 milliards d’euros.

budget
Crédit: iStock.

L’AFG (Association Française de la Gestion financière) et France Invest ont publié les résultats de la troisième édition de leur étude commune sur l’activité des fonds d’infrastructure gérés en France en 2019. Voici les grands chiffres à retenir.

L’an dernier, ces fonds ont levé 15,6 milliards d’euros, répartis entre 9,9 milliards qui seront investis en capital et 5,7 milliards qui serviront à des financements en dette. Les investisseurs étrangers (assureurs et fonds de pension) représentent les principaux contributeurs. A noter que les fonds souverains ont sensiblement augmenté leurs engagements.

Au total, 10,9 milliards d’euros ont été investis en 2019, soit une progression de 67%, dans 267 opérations. Les secteurs de l’énergie (renouvelable et conventionnelle) et des transports, que ce soit en capital, comme en dette, restent les principaux destinataires des investissements, et l’activité reste majoritairement orientée vers l’Europe (hors France).

Des réserves importantes

A fin 2019, les fonds structure détenaient un « stock de 71 milliards d’euros de capitaux sous gestion », dont 45 milliards ont déjà été investis dans 572 entreprises sous forme de capital et dans 364 actifs en dette. Ils disposent en conséquence de 26 milliards d’euros de réserves qui « seront investies dans les prochaines années ».

Plus des deux-tiers des fonds gèrent plus d’un milliard d’engagements, une part en augmentation. Les investissements en capital représentent 61% des sociétés en portefeuille et 62% des encours, des proportions quasi-identiques d’une année sur l’autre. Enfin, une large majorité des projets financés, en capital comme en dette, sont des projets brownfield (financement d’infrastructures déjà existantes et opérationnelles pour les développer), et ce pour l’ensemble des acteurs.

A LIRE>>> Placements: comment y voir clair dans les fonds durables

La majorité des fonds d’infrastructure français ont entrepris des démarches ESG à travers la signature de conventions (les PRI, principes pour l’investissement responsable, et dans une moindre mesure, l’ICI). Ce sont ainsi 135 véhicules d’investissements qui sont concernés par cette initiative.