Se connecter S’abonner

Placements: le coronavirus aura-t-il un impact positif à long terme sur l’activité des laboratoires?

Alors que l'épidémie de coronavirus fait vaciller des pans entiers de l'économie mondiale, les géants du secteur des analyses médicales affichent une grande forme.

Eurofins Scientific laboratoire bourse
A plus long terme, l’objectif pour Eurofins Scientific est d’atteindre 4 milliards de chiffre d’affaires dès 2019. ©Istock

Jeudi 12 mars, alors que les bourses s’effondraient, le cours de Novacyt, un groupe de biotechnologie anglo-français axé sur le diagnostic clinique, grimpait de 10%. Quant à bioMérieux, une entreprise française spécialisée du diagnostic in vitro, et à Eurofins Scientific, un groupe de laboratoire spécialisé dans l’agroalimentaire, la pharmacie, l’environnement et la biologie médicale, ils résistent bien, souligne BFMTV.

Dans ce contexte d’hyperactivité, ces trois géants côtés en bourse travaillent tous azimuts à l’élaboration de tests visant à répondre à l’épidémie de coronavirus, les actions Eurofins et bioMérieux « surperforment » le marché. En clair, elles reculent beaucoup moins vite que leur indice de référence. Pour preuve : celles de bioMérieux régressent de 1%, celles Eurofins de 3%.

Un « intérêt très élevé »

Du côté de Novocyt, la réaction est spectaculaire. L’essor de la demande de tests pour le Covid-19 a fait bondir son carnet de commandes. Cette évolution s’est accompagnée d’un bond de 13,72% de sa capitalisation, jeudi 12 mars. Il faut dire que sa division Primerdesign a mis au point le premier test européen à être mis sur le marché début février. En raison de l’intérêt suscité par le test de Primerdesign et de la nature évolutive de l’épidémie, la société « ne peut pas prévoir les ventes avec certitude, car le carnet de commandes continue d’évoluer quotidiennement. Il est cependant établi que la demande et l’intérêt pour les tests du groupe restent très élevés et que le management s’attache à faire en sorte que Primerdesign puisse répondre à la demande du plus grand nombre de clients possible », informe Novocyt qui a acheté assez de matières premières pour fabriquer 3,5 millions de tests.

A LIRE >> Placements: les start-up de télétravail dopées par le coronavirus

Alors que des agences de santé basées aux quatre coins du monde jaugent le test Novocyt, le groupe juge que l’intérêt porté au test devrait avoir un impact positif à long terme pour l’ensemble du portefeuille de tests de Novacyt. « Nous constatons déjà une demande accrue pour nos capacités B2B, nos clients cherchant à utiliser nos capacités de conception et de développement moléculaires », décrit le groupe.