Se connecter S’abonner

La Banque européenne d’investissement «débloque» 200 milliards d’euros pour aider les PME

Le vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI), Ambroise Fayolle, a expliqué sur BFMTV que les ministres des Finances européens, « ont décidé de la création d'un fonds de garantie ».

embargo
Crédit: iStock.

Pour venir en aide aux entreprises, l’Union européenne (UE) active tous les leviers possibles. Ce lundi 13 avril, Ambroise Fayolle, le vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) a expliqué sur BFMTV qu’ « un fonds de garantie de 25 milliards d’euros qui sera abondé par les États membres de l’Union européenne, qui sont nos actionnaires » va être créé. Grâce à lui, il estime que « nous pourrons financer jusqu’à 200 milliards d’euros de garanties ou de financement à des fonds qui prêtent eux-mêmes à des PME, puisque les PME sont le principal objectif de ce fonds de garantie ».

Peu connue du grand public, la BEI est l’institution financière des États membres de l’UE. Très active, le volume de ses prêts dépasse celui de la banque mondiale, précise BFMTV. Si la BEI aura un œil particulièrement bienveillant sur les entreprises du domaine de la santé, elle « va regarder principalement (…) les PME qui souffrent beaucoup des difficultés conjoncturelles ».

Relancer l’investissement

Pour Ambroise Fayolle, une chose est sûre : « On est convaincu que la relance de l’investissement sera une partie très importante de la relance (…) Et c’est d’autant plus important qu’après la crise précédente, l’Europe avait un gros déficit d’investissement et que nous avons contribué à essayer de résoudre ce déficit avec le plan Juncker. »

A LIRE >> L’Europe veut débloquer 8 milliards d’euros pour aider les TPE et les PME

Il est vrai qu’après la crise de 2008, l’Europe avait mis du temps avant de réagir. Alors, cette fois, elle tente de donner un maximum de chances aux PME de remonter la pente au plus vite. Pour preuve: « 200 milliards d’euros, cela représente, à peu près sept fois ce qu’on finance, chaque année, pour les PME », souligne le vice-président.