Se connecter S’abonner

Aéronautique: Bruno Le Maire annonce un plan de soutien de 15 milliards

Afin d’éviter des milliers de suppressions d’emplois, le gouvernement prolonge les mesures de chômage partiel et a dévoilé un « effort total de 15 milliards d’euros de la nation » mardi 9 juin.

pouvoir d'achat
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

La filière aéronautique regroupe au sens large près de 300 000 emplois et dégage 58 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. Les annonces de Bruno Le Maire de ce mardi 9 juin étaient donc très attendues. Le ministre de l’Economie a annoncé, en direct sur le compte Twitter du ministère, un plan de soutien massif à l’aéronautique d’un montant de plus de 15 milliards d’euros. « Il est proportionné à la violence qu’a représentée la crise en ce début d’année et à son impact durable sur le trafic aérien », a-t-il développé.

Le premier objectif de ce plan de soutien est de « répondre à l’urgence en soutenant les entreprises en difficulté et protéger leurs salariés », déclare Bruno Le Maire.Cette aide est assortie d’objectifs : rendre l’industrie aéronautique « plus compétitive » et « plus décarbonée » en produisant l’« avion vert » de demain. 

1,5 milliard d’euros dédiés à la «décarbonation» 

Si l’enveloppe de 15 milliards intègre l’aide financière de sept milliards d’euros déjà accordée à Air France-KLM, elle comprend également des outils dédiés au soutien des PME et entreprises de taille intermédiaire ETI) de la filière, comme un fonds d’investissement avec une dotation initiale de 500 millions d’euros, qui atteindra un milliard d’euros à terme, pour favoriser leur développement et un fonds de 300 millions d’euros pour la robotisation et la numérisation.

Le dispositif prévoit également 1,5 milliard d’euros d’aides publiques sur les trois prochaines années pour soutenir la recherche sur la « décarbonation » des avions. Dans le viseur du ministre de l’Economie : « un avion neutre en carbone en 2035 ».

Des mesures non spécifiques

Alors que près d’un tiers de 35 000 emplois consacrés à la recherche et au développement dans la filière aéronautique sont remis en question par les difficultés du secteur, l’ambition est de préparer les prochaines générations d’avions commerciaux, d’hélicoptères et avions d’affaires dotées de nouveaux modes de propulsion émettant moins de CO2. 

A LIRE >> Le plan de relance de l’économie ne se fera pas « avant la rentrée de septembre » prévient Bruno Le Maire

En effet, au-delà du plan, le secteur aéronautique continuera à bénéficier de mesures non spécifiques mises en place depuis le début de la crise, comme le dispositif de chômage partiel, les prêts garantis par l’État ou l’aménagement des garanties publiques à l’export par exemple.