Se connecter S’abonner

Faites attention aux arnaques liées aux investissements dans les parkings

L’AMF met en garde les épargnants contre les escroqueries liées aux placements dans les places de parking. Elle les appelle à la plus grande vigilance en détaillant le schéma utilisé par les escrocs.

AMF
Crédit : iStock.

Les places de parking sont souvent présentées comme des investissements attractifs. Mais gare aux arnaques, de plus en plus répandues selon l’Autorité des marchés financiers.

A la suite de nombreuses plaintes, l’AMF met ainsi en garde les épargnants « à l’encontre des propositions d’investissement dans les parkings, issues généralement de sites internet usurpant les noms d’acteurs financiers ou de groupes cotés en bourse du secteur de la construction ».

Principale recommandation : il ne faut pas donner suite aux sollicitations des personnes qui vous invitent à investir « dans les places de parking en général et celles de parking d’aéroports européens en particulier (Portugal, Espagne, Italie, Allemagne, etc.) » sans avoir vérifié qu’elles disposaient « des garanties ou des autorisations nécessaires ».

La démarche suivie par les escrocs est toujours la même : un démarcheur vous contacte par téléphone ou par mail et vous propose des offres de placement dans des places de parking. Il vous invite à consulter une plateforme en ligne puis à signer un « faux contrat de location » (ou un livret avec versement mensuel des intérêts).

La proposition fallacieuse paraît « rentable et sans risque », alors qu’elle ne recouvre aucune réalité : « il n’y a aucune acquisition ni location de parkings derrière ces offres frauduleuses » prévient l’AMF.

Des recommandations de bon sens

Le gendarme de la Bourse cite l’exemple d’un retraité qui a été contacté « suite à une publicité sur Internet au sujet d’un placement intéressant » par une personne se présentant comme le « directeur d’une société immobilière ayant son siège en Allemagne ».

Son histoire est édifiante : « Après plusieurs tractations téléphoniques, je suis intéressé pour un contrat à terme capital disponible de 50.000 €/1an/4,25 %, avec virement mensuel des intérêts acquis », a-t-il raconté. Une fois le virement transmis, l’épargnant a procédé à des vérifications. Trop tard. Comprenant qu’il s’agissait d’une arnaque, il n’est pas parvenu à arrêter le versement.

L’AMF recommande aux épargnants de se montrer extrêmement prudents face à de telles propositions et fait des recommandations :

  • Méfiez-vous des promesses de gains rapides sans contreparties : il n’y a pas de rendement élevé sans risque élevé. En d’autres termes, il n’y a pas de produits « miracle »
  • Prenez le temps de la réflexion.
  • Méfiez-vous des demandes de transfert d’argent vers des pays sans aucun rapport avec la société ni avec l’Etat de résidence de l’investisseur.
  • Ne communiquez pas à des sites dont vous ne pouvez garantir la fiabilité vos coordonnées personnelles (Téléphone, mail, pièces d’identité, RIB, IBAN, justificatifs de domicile…).
  • Faites attention aux publicités sur internet et particulièrement sur les réseaux sociaux.
  • Si la société qui vous contacte ne figure pas sur les listes noires de l’AMF, cela ne signifie pas pour autant que celle-ci est autorisée à vous fournir des services financiers.

A LIRE>>> Bourse : la crise a fait émerger de nouvelles arnaques financières

L’AMF avait indiqué la semaine dernière que la crise sanitaire avait fait apparaître de nouvelles escroqueries : des investissements dans la chloroquine ou le whisky, des sites promettent un crédit en mois de 72 heures sans aucune condition ou de fausses cagnottes en ligne.