Se connecter S’abonner

Assurance emprunteur: une aide pour les personnes malades d’Ile-de-France

A compter du 25 août, la Garantie immobilière solidaire (GIS) facilitera l’accès à un crédit immobilier aux personnes malades, sous certaines conditions.

Les soucis de santé font s’envoler le coût de l’assurance emprunteur. S’il la convention nationale AERAS (s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé) existe, l’Ile-de-France estime sur son site qu’elle est « encore trop peu connue, est insatisfaisante, car elle écrête et n’annule pas les surprimes d’assurance liées aux prêts immobiliers ». Du coup, la région s’est dotée d’un dispositif supplémentaire afin d’aider les personnes malades graves à accéder à la propriété. Nommé Garantie immobilière solidaire (GIS), il entrera en vigueur le 25 août prochain.

Contrairement à l’AERAS, le nouveau dispositif prendra en charge certaines surprimes de l’assurance emprunteur, notamment pour les personnes atteintes d’un cancer, du VIH, étant diabétiques ou ayant un antécédent cardiaque. Expérimental, il sera testé jusqu’à la fin de l’année 2021. 

Primo-accédant de moins de 71 ans

C’est un fonds régional de 3,7 millions d’euros, mis à disposition par plusieurs banques et assureurs volontaires, qui permettra de financer la GIS. CNP Assurances, Natixis Assurances, La Banque postale, Banque populaire Rives de Paris, Banque populaire Val de France, Caisse d’Epargne Ile-de-France sont d’ores et déjà engagés dans le dispositif, liste la région. Elle précise également que des négociations sont en cours avec d’autres acteurs.

A LIRE >> Assurance emprunteur: faire jouer la concurrence sera plus simple

Pour bénéficier de la GIS, le bien acheté doit être une résidence principale et être situé en Ile-de-France. Par ailleurs, l’emprunt devra être contracté auprès de l’une des banques partenaires. Quant à l’emprunteur, il doit être primo-accédant, avoir moins de 71 ans et assurer au maximum 320 000 euros. Pour le moment, la région discute encore pour savoir si le propriétaire d’un bien immobilier qui n’est pas une résidence principale pourra profiter du nouveau dispositif. Enfin, des conditions de ressources sont également imposées.