Se connecter S’abonner

Néobanques: en difficulté, Revolut augmente ses tarifs

Revolut a été contrainte de pratiquer des modifications tarifaires. Les comptes gratuits sont les premiers concernés par ces évolutions.

La crise sanitaire n’a pas épargné la néobanque britannique. Au début du mois, Revolut a informé ses clients d’évolutions tarifaires. Elles sont entrées en vigueur mercredi 12 août. 

Les principales modifications concernent l’ajout de frais en cas de dépassement de la limite de change mensuelle. Une limite par ailleurs rabaissée à 1 000 euros par mois. Au-delà de cette somme, des frais sont de 0,5% seront désormais appliquée. Identiques du lundi au vendredi, les taux de change interbancaire progressent de 0,5% à 1% les week-ends, pour les principales devises.

Pour ce qui est des virements vers un compte dans un autre pays que celui du client, le premier paiement de chaque mois reste gratuit. Pour les autres, des frais de 0,5 euros seront appliqués par virement. Et en cas de virement vers un pays dans une devise différente de sa devise nationale, des frais de 3 euros seront appliqués pour des virements en USD ou de 5 euros pour les virements hors USD. 

Suppression de services

Parallèlement, Revolut a décidé de supprimer des services proposés jusque-là aux clients Metal. C’est le cas du service de conciergerie et l’accès gratuit à un lounge d’aéroport. Les clients qui n’adhéreraient pas à ces changements ont la possibilité de clôturer leur compte, sans frais. 

A LIRE >> Finance durable: des néobanques placent l’environnement au cœur du système bancaire

Le 12 août a également coïncidé avec le lancement du virement instantané en euros. Un service gratuit. Une fonction permettant d’obtenir du cashback et des remises sur de grandes marques a aussi été ajoutée. Malmenée par la crise sanitaire, la néobanque qui a fait de son compte multi-devises pour les voyageurs et les expatriés son fer de lance, avait confirmé à l’Agefi, au mois de juin, 62 licenciements dans le monde. Un chiffre qui pourrait être plus important, selon Wired, en raison de départs volontaires pas comptabilisés dans les 62.