Se connecter S’abonner

Pour 1 Français sur 2, la rémunération satisfaisante d’un placement sans risque est d’au moins 3%

Les Français ne sont pas bien informés en matière d’épargne, comme en témoigne l’Autorité des marchés financiers dans sa lettre du mois de décembre.

pensions
Crédit : iStock.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de se pencher sur les connaissances des Français en matière d’épargne. Son jugement est sans appel : ils manquent de repères. Elle en veut pour preuve le fait que près de 50% d’entre eux estiment que le taux de rémunération d’un placement sans risque doit être d’au moins 3% par an pour être intéressant. Dans sa lettre du mois de décembre, publiée mercredi 16 décembre, elle insiste sur la méconnaissance du niveau de rémunération actuel de l’épargne garantie et liquide. Seuls 3 Français sur 10 connaissent exactement le taux d’intérêt du livret A, passé de 0,75% à 0,50% en février 2020.

L’AMF juge également que leurs attentes sont irréalistes. Ils ont en effet 27% à penser qu’un taux de rendement minimal satisfaisant oscille actuellement entre 3 et 4% par an. Et 26% pensent qu’il dépasse les 4%. Dans la pratique, les taux de rémunération des placements garantis proposés sont bien inférieurs, et ce depuis plusieurs années, souligne la lettre.

Crédulité 

Pire, selon l’autorité qui met très régulièrement en garde les Français contre les arnaques, ces derniers seraient trop crédules. Elle base son jugement sur le fait que 54% des personnes interrogées ont répondu qu’elles pourraient faire confiance à un placement affichant à la fois un taux de rémunération nettement supérieur aux autres placements et une garantie du capital. L’AMF préfère rappeler que « la promesse d’un tel placement est irréaliste ».

Pour tenter de remédier à cette méconnaissance, l’AMF organise depuis plusieurs années des conférences sur le thème de l’épargne un peu partout en France. Gratuites, elles sont proposées en partenariat avec l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR), une institution intégrée à la Banque de France. Et cette année, pour la première fois, l’autorité n’a pas hésité à lancer un cours en ligne. C’était au mois d’octobre et il avait pour objectif d’apprendre aux au grand public à placer son épargne.