Se connecter S’abonner

Les FIP outre-mer plus diversifiés

Bonne nouvelle pour les fonds d’investissement de proximité en outre-mer impliqué dans les secteurs du tourisme, de l’immobilier et des loisirs. Ils auront désormais droit à une réduction d’impôt de 30 % des sommes versées.

Outre-mer

Les particuliers qui investissent dans un fonds d’investissement de proximité (FIP) outre-mer (plus précisément dans las départements et collectivités suivantes : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna) ont droit à une intéressante réduction d’impôt égale à 30 % de leurs versements.

Jusqu’à présent, les secteurs d’activité retenus pour l’application de cette réduction d’impôt sur le revenu étaient assez limités et plutôt risqués. Il fallait en effet que le FIP se cantonne à l’agriculture, l’industrie, le commerce ou l’artisanat.

Secteurs a priori plus rentables

La loi de finances pour 2021 donne désormais la possibilité d’investir dans d’autres secteurs constituant l’essentiel du tissu économique de ces territoires, et donc a priori plus rentables et aux risques de perte moins grands. Un FIP outre-mer pourra en effet consacrer les sommes versées par les souscripteurs à la restauration, aux cafés, et débits de boissons, à l’immobilier (notamment la promotion, les activités de location ou de marchands de biens) à la navigation de croisière, aux activités de conseil et d’expertise, aux secteurs des loisirs sportifs et culturels…

En attente d’un feu vert de Bruxelles

La liste des activités éligibles devrait être précisée par Bercy. Mais au préalable, il faudra obtenir l’aval de la Commission européenne. Inutile donc pour le moment de rechercher des FIP nouvelle formule. Ils n’existent pas encore.

L’autorisation de Bruxelles devrait cependant n’être qu’une formalité. Les instances européennes ont déjà par le passé validé ce large éventail de secteurs pour la Corse. On ne voit donc pas sur quelle base juridique elles pourraient la refuser pour les départements et collectivités d’outre-mer.