Se connecter S’abonner

Épargne : les propositions frauduleuses ont augmenté en 2020

Le nombre de tentatives d’escroqueries de la part de sites proposant des crédits et produits d’épargnes a augmenté l’an dernier. L’Autorité de contrôle prudentiel (ACPR) a inscrit 1081 entités sur sa liste noire.

propositions frauduleuses

Les épargnants doivent plus que jamais être vigilants. En effet, le nombre de sites ou entités inscrits sur la liste noire de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACPR) a augmenté en 2020, indique l’institution dans un communiqué, daté du 13 janvier 2021. Celle-ci a procédé à 1.081 inscriptions, dont 361 juste au cours du dernier trimestre. La liste des professionnels qui proposent « des crédits, des livrets d’épargne, des services de paiement ou des contrats d’assurance sans y être autorisés », est disponible sur le site de l’ACPR. Les offres frauduleuses sont principalement des faux crédits ou livrets d’épargne. Pour plus de 40% d’entre elles, elles « usurpent l’identité d’un établissement ou d’un intermédiaire financier dûment autorisé à commercialiser de tels produits », précise le communiqué. Et ce, en France ou dans tout autre pays de l’Espace économique européen.

Un milliard d’euros perdus entre 2017 et 2019

Les épargnants auraient ainsi perdu au moins un milliard d’euros en moins de deux ans, entre juillet 2017 et juin 2019, a de son côté indiqué l’Autorité des marchés financiers (AMF). Le gendarme de la bourse a d’ailleurs annoncé mercredi 13 janvier la signature d’un protocole de coopération avec la police nationale pour mieux lutter contre les arnaques financières. Il s’agit de « mieux identifier les tendances des nouvelles arnaques financières et mener des actions communes de prévention et de sensibilisation auprès du grand public », précise l’AMF. Le protocole prévoit aussi la formation des policiers en charge des dépôts de plainte pour les familiariser au monde des marchés financiers. Les offres peuvent prendre diverses formes, comme par exemple des placements présentés comme une valeur refuge au travers de biens tangibles, comme l’or, les métaux précieux ou encore les grands crus.

L’ACPR précise que de nouveaux sites apparaissent de manière régulière sur Internet et que sa liste « ne peut être exhaustive ». Pour se protéger des offres de la part d’escrocs, il est conseillé de vérifier que l’interlocuteur « est autorisé à proposer des produits bancaires ou des assurances en consultant le registre des agents financiers (REGAFI), les listes des organismes d’assurance agréés en France ou bénéficiant d’un passeport européen, ainsi que le site de l’Orias, organisme chargé de tenir le registre des intermédiaires en assurance, en banque ou en financement participatif ». Si la personne ou la société n’est pas inscrite sur ces deux supports, il ne faut pas répondre à la sollicitation. Et en cas de suspicion de fraude, il faut porter plainte. Un numéro est mis en place, Info escroqueries, 0 805 805 817, ainsi qu’une plateforme de signalements, internet-signalement.gouv.fr. « Un signalement peut être utile pour empêcher d’autres tentatives d’escroquerie », conclut l’ACPR.