Se connecter S’abonner

Automobile : le marché des voitures de collection a bien résisté en 2020

Les ventes de voitures de collection aux enchères ont baissé de 13% en 2020, selon le Conseil des ventes. La crise économique semble avoir peu affecté ce marché.

automobile
Crédit : iStock.

Les voitures de collection rencontrent toujours du succès. En 2020, les ventes aux enchères de ces véhicules de luxe se sont élevées à 80 millions d’euros, hors frais, selon le Conseil des ventes, en exclusivité aux Echos. La baisse est de 13% par rapport à 2019, qui avait enregistré 92 millions d’euros de ventes. Cependant, les bons chiffres s’expliquent par le fait que « 71% du total des ventes de l’année est déjà réalisé fin février », précise le Conseil des ventes, « soit un mois avant le premier confinement ». L’an dernier, 870 véhicules de collection ont été adjugés, soit 13% de plus qu’en 2019 et un montant moins important au total. Ce sont les maisons de vente Artcurial, RM Sotheby’s et Bonhams qui se partagent la majorité du marché, soit 88% du montant total, contre 90% l’année précédente.  

De plus, les voitures vendues étaient moins luxueuses : la valeur des lots millionnaires a chuté de 46% l’an dernier, à 20,7 millions d’euros. Les vendeurs n’ont pas voulu se séparer de leurs plus belles voitures de collection, selon Les Echos, comme dans le secteur de l’art. Les véhicules d’exception représentent moins de 2% des lots et 28% du montant total, contre 42% en 2019. La voiture vendue le plus cher en 2020 est une Bugatti de 1932, adjugée 4,6 millions chez Bonhams. Ensuite, une Ferrari de 1965 a été vendue 2,5 millions par Artcurial. Enfin, une BMW de 1958 a été achetée 2 millions d’euros, vendue par RM Sotheby’s. Par comparaison en 2019, une Alfa Romeo de 1939 avait atteint 16,7 millions d’euros. Les voitures de collection vendues l’an dernier ont, pour 45% d’entre elles, été adjugées à un prix supérieur à 25.000 euros, hors frais.  

Décalage des dates des enchères en 2021

En 2021, le marché national des voitures de collection pourrait régresser. En effet, il est principalement porté par Artcurial, les autres maisons de vente organisant leurs ventes en ligne, ce qui n’est probablement pas comptabilisé en France, selon Les Echos. « Tout dépend de si nous continuons à proposer de bons produits de bonnes provenances, pour lesquelles la demande demeure forte, car comme pour l’art ou les bijoux, le marché des voitures de collection est résilient », analyse Matthieu Lamoure, directeur général d’Artcurial Motorcars. Les trois acteurs du marché partent chacun de leur côté cette année, au lieu de se retrouver au salon Rétromobile, début février, pour les enchères. Bonhams a prévu ses enchères du 3 au 10 mars. Artcurial a organisé sa vente vendredi 5 et samedi 6 février, à Paris, tandis que Sotheby’s organise la sienne le 13 février.

Lors de la vente chez Artcurial, 42 voitures ont été exposées, contre 167 l’an dernier. Baptisée « Parisienne 2021 », elle était très axée sur le sport automobile, raconte le journal Les Echos, et elle a totalisé 19 millions d’euros, contre 23 millions en 2019. Le bolide victorieux des 24 Heures du Mans en 1972, une Matra MS 670, conduite par Henri Pescarolo et Graham Hill, a été vendue 6,9 millions d’euros.