Se connecter S’abonner

Marché de l’art : un tableau de Banksy vendu au profit des soignants britanniques

Une œuvre de Banksy a été adjugée à près de 20 millions d’euros à Londres, au profit du service de santé de Grande-Bretagne.

Crédit : iStock.

Un tableau du street artist britannique Banksy a été vendu à un prix record au profit du service de santé britannique. Cette œuvre met les soignants à l’honneur et s’est arrachée aux enchères mardi 23 mars à Londres à 16,75 millions de livres, soit 19,45 millions d’euros. C’est un montant record pour l’artiste et il sera reversé au profit des services sanitaires de Grande-Bretagne.  

Initialement estimée entre 2,5 et 3,5 millions de livres (2,9 et 4 millions d’euros), cette œuvre en noir et blanc intitulée « Game Changer » (« Voilà qui a changé la donne ») a finalement été adjugée chez Christie’s plus de quatre fois plus cher, dépassant de loin le record précédent de Banksy, dont la toile « Le parlement des singes » s’était vendu en 2019 à 9,9 millions de livres (11,5 millions d’euros au taux actuel).

« C’est une belle toile et Banksy exprime l’admiration du public pour le travail accompli par le NHS. C’était une déclaration très puissante », constate le Dr John Puntis, co-président du « Keep our NHS public » (« Gardons nos services de santé publics »), cité par franceinfo. « Il est en fait mis aux enchères pour les organismes caritatifs du NHS, qui rassemblent 240 organismes caritatifs différents. Si vous regardez comment ils dépensent leur argent, il s’agit de grands projets immobiliers, des constructions et aussi des équipements médicaux nécessaires. Ces organismes financent aussi la recherche et disent qu’ils sont là pour aider les patients à accéder aux meilleurs soins possibles. Mais la raison pour laquelle ces organismes de bienfaisance collectent des fonds, c’est le sous-financement public. À l’heure actuelle, il y a quelque chose comme un déficit de 35 milliards de livres dans le budget. Il faudra compter avec l’augmentation des coûts liés à la gestion du Covid, les coûts permanents et les coûts de recouvrement. »