Se connecter S’abonner

Placements : 322 nouveaux sites inscrits sur la liste noire de l’ACPR

La liste noire de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a été mise à jour et 322 nouveaux sites internet y ont été ajoutés au premier trimestre 2021.

ACPR
Crédit : iStock.

Les escrocs changent souvent d’entités et de sites internet pour sévir et tromper les particuliers. Ainsi, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) met régulièrement à jour sa liste noire : 322 nouveaux noms y ont été ajoutés au cours du premier trimestre 2021, selon un communiqué du 14 avril. Ces acteurs proposent en France des crédits, des livrets d’épargne, des services de paiement et des contrats d’assurance sans y être autorisés. En revanche, l’ACPR prévient qu’elle ne peut recenser toutes les entités et sites frauduleux, car de nouveaux apparaissent régulièrement sur internet.

« Si le nom d’un site ou d’une entité n’y figure pas, cela ne signifie pas pour autant qu’il est autorisé à proposer des produits bancaires ou des assurances en France », précise l’ACPR. Pour se protéger des offres d’escrocs, il faut systématiquement vérifier que l’interlocuteur est autorisé à proposer des produits bancaires ou des assurances. Pour cela, il faut consulter le registre des agents financiers, le REGAFI, et celui des organismes d’assurance, le REFASSU. Enfin, il est prudent de se renseigner auprès de l’ORIAS, qui est chargé de tenir le registre des intermédiaires en assurance, en banque ou en financement participatif. Il ne faut pas répondre à une personne qui n’est pas mentionnée dans ces registres.

Usurpation d’identité

En cas de fraude, il faut déposer plainte le plus vite possible et contacter Info escroqueries au 0 805 508 817. Il est aussi possible de signaler le fraudeur sur le site https://www.internet-signalement.gouv.fr/, même en cas de suspicion et s’il n’y a pas eu de préjudice. L’ACPR prévient aussi que certains escrocs utilisent le nom d’entités qui détiennent une autorisation : l’usurpation d’identité connaît un certain succès en ces temps de crise. En mars dernier, l’Autorité des marchés financiers (AMF) indiquait un fort accroissement du nombre de signalements d’épargnants victimes d’arnaques financières liées à des usurpations. Elles représentaient même 44% des montants déclarés perdus par les épargnants en 2020 auprès de la plateforme AMF Epargne Info Service.