Se connecter S’abonner

SBF 120 : fort rebond des dividendes versés cette année

Les entreprises du SBF 120 devraient verser 52 milliards d’euros de dividendes en 2021, selon IHS Markit.

Dividendes CAC 40 Bourse
Crédits: iStock

L’année sera plutôt bonne pour les actionnaires des entreprises du SBF 120. En effet, les grandes sociétés françaises cotées de cet indice devraient verser 52 milliards d’euros de dividendes en 2021 à leurs actionnaires, selon IHS Markit repris par Les Échos. Il s’agit d’une hausse de 42% en un an. Ces dividendes versés le seront au titre des résultats 2020, qui pourtant a été marquée par la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. Et ce, alors que les bénéfices du CAC 40 ont baissé de moitié, rappelle le quotidien. L’an dernier, les entreprises françaises du SBF 120 ont baissé les versements aux actionnaires dès le mois de mars, et les dividendes ont alors baissé de 45%, à 36 milliards d’euros. Mais selon IHS Markit, les dividendes devraient retrouver leur niveau record de 2019, soit près de 70 milliards d’euros, en 2023.

Puisque l’activité économique est repartie à la hausse au second semestre de 2020, les pertes ayant été concentrées sur le début de l’année, les bénéfices seront élevés, analyse le journal. Plus de la moitié des valeurs de l’indice SBF 120 ont rétabli, voire relevé, leur dividende en 2021. Ainsi, BNP Paribas, le Crédit Agricole ou encore la Société Générale verseront au moins quatre milliards d’euros cette année. L’an dernier, ces trois banques n’avaient rien versé, comme le demandait la Banque centrale européenne (BCE).

L’Oréal a dépassé son niveau d’avant crise

De son côté, AXA a prévu de verser près de 3,5 milliards d’euros à ses actionnaires, selon le journal économique. L’an dernier, l’entreprise avait divisé son dividende par deux. Dans le même secteur, CNP Assurances et SCOR figurent aussi parmi les entreprises à redistribuer des dividendes en 2021.

Les entreprises du secteur du luxe, LVMH en particulier, ont retrouvé leur niveau de dividende d’avant crise, voire l’ont dépassé, comme l’Oréal. Mais c’est Total qui arrive en premier, devant toutes les sociétés, avec sept milliards d’euros à verser cette année, maintenant son niveau, alors que le groupe a essuyé des pertes de plusieurs milliards l’an dernier.

Des entreprises à la peine

Enfin, certaines entreprises peinent encore à retrouver leur dynamisme : dans le secteur de l’aéronautique, par exemple, ou encore des transports. La reprise de ces secteurs pourrait encore prendre du temps, selon les Échos, tout comme l’immobilier de bureau et commercial.