Se connecter S’abonner

Epargne solidaire : une envolée en 2020

Les épargnants français se sont davantage tournés vers les placements solidaires en 2020, alimentant notamment les livrets de partage ou encore leur épargne salariale solidaire.

Epargne solidaire finansol assurance vie
Crédit: iStock.

En 2020, les Français se sont montrés plus solidaires face à la pandémie. Mais aussi du côté de leurs placements financiers. D’après le dernier baromètre Finansol, les encours de l’épargne solidaire ont atteint un record de 20,3 milliards d’euros l’an passé. L’association, qui labelise 166 produits d’épargne solidaire en France, constate un boom de la collecte de 5 milliards d’euros l’an passé. Elle progresse de 33% par rapport à l’année 2019. Et, il y a eu au total 837 000 souscriptions nouvelles.

Les livrets de partage prisés

Dans le détail, les produits d’épargne bancaire enregistrent la plus forte hausse. Leurs encours ont augmenté de 59% en un an. Les livrets solidaires ont été particulièrement prisés en 2020 (+26 % de croissance). Ils permettent en effet de reverser une partie des intérêts perçus à des associations. Les Français, souhaitant apporter plus de sens à leur épargne, y ont déposé leur épargne accumulée lors des périodes de confinements. Par exemple, le livret Agir du Crédit Coopératif, l’un des plus importants du marché, a dépassé 800 millions d’encours et 63 000 souscripteurs.

Mais cette belle progression des produits bancaires s’explique aussi par la labellisation d’un nouveau dispositif par Finansol. Il s’agit du fonds en euros de l’assurance vie Responsable et Solidaire de la Maif. Ses encours atteignent déjà 2 milliards d’euros. L’assurance vie devrait continuer à alimenter la finance solidaire. Dès l’an prochain, chaque assureur devra au moins proposer une unité de compte solidaire dans ses produits. Mais ils ne sont pas obligés de labelliser les fonds en euros.  

Des coups de pouce réglementaire

L’épargne salariale solidaire affiche ensuite la deuxième meilleure progression. Au total, les encours de ces produits ont augmenté de 21% pour atteindre 11,7 milliards d’euros. Plusieurs coups de pouce réglementaires expliquent ces bons résultats. La suppression du forfait social pour les TPE-PME (mesure de la loi Pacte), et de nouvelles exonérations pour les autres entreprises (loi de financement de la sécurité sociale) y ont contribué. Les produits d’épargne salariale solidaire sont généralement des fonds dits 90/10 : 90% de l’argent qui y est placé est investi dans des actions ou obligations classiques tandis que 10% sont placés dans des titres solidaires. 

Ensuite, les fonds collectés par les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont progressé de 15% pour s’élever à 800 millions d’euros. Depuis 2018 et la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), les avantages fiscaux pour investir en direct dans l’ESS ont été réduits. Une réduction d’impôt de 25% en cas d’entreprise solidaire d’utilité sociale s’applique toujours.

0,36% de l’épargne des Français

Malgré ces belles progressions, l’épargne solidaire reste encore très marginale. Elle ne représente que 0,36% de l’épargne des Français. Même si elle progresse, elle s’élevait à 0,29% fin 2019, elle est loin de susciter l’adhésion. Ni même d’atteindre l’objectif de 1% que s’est fixé l’association. Créé dès 1997, le Label Finansol pour les produits solidaires est pourtant le plus ancien dans l’univers des placements financiers (par exemple le label ISR n’ayant été lancé qu’en 2016). Mais les investisseurs particuliers commencent seulement à mieux le connaitre. Ils comprennent de plus en plus que solidaire ne veut pas forcément dire renoncer à une performance financière.