Se connecter S’abonner

Épargne : le placement responsable a encore du chemin à faire

Les épargnants favorisent en priorité la sécurité, la rentabilité, la liquidité et la simplicité du produit lors d’un placement, selon le baromètre de La Banque Postale et Cashbee.

Epargne
iStock

Les dimensions environnementales, sociales et solidaires ne sont pas des priorités pour la majorité des épargnants lors du choix d’un placement. C’est ce que révèle le baromètre de l’épargne responsable réalisé par La Banque Postale et Cashbee. Les épargnants continuent à mettre en priorité la sécurité, la rentabilité, la liquidité et même la simplicité du produit. 

Malgré l’urgence climatique, les placements responsables rencontrent un manque de notoriété et d’intérêt. Ainsi, selon le baromètre, deux Français sur trois ne connaissent pas la notion d’épargne responsable. 84% des sondés affirment aussi que la crise sanitaire n’a pas renforcé leur intérêt pour l’Investissement socialement responsable (ISR). Quatre Français sur cinq déclarent ne pas détenir de produits de type ISR. 

Un manque d’information et de connaissance des produits

Mais alors comment expliquer ce phénomène ? En partie par une « certaine méfiance » qui demeure sur « l’efficacité, la sincérité et la rentabilité de ce type d’investissement », précise l’étude. Le manque d’information et de connaissance des produits ISR est aussi un élément important. Ainsi, 63% des Français interrogés déclarent n’en avoir jamais entendu parler. Un chiffre significatif. Pour 33% d’entre eux, l’ISR est un habillage marketing. Enfin, plus de 70% des personnes interrogées pensent que le rendement financier d’un placement ISR est inférieur à celui d’un placement traditionnel alors que ce type de placement est réputé surperformer ces derniers. 

Bilan : ce type de placement pourrait susciter un intérêt croissant si une pédagogie efficace était mise en place. Les Français se disant favorable au fait de connaître l’impact social ou environnemental de leur investissement. Enfin, une réassurance sur le rendement est aussi nécessaire, souligne l’étude.