Se connecter S’abonner

Bourse : les jeunes misent sur les actions

Conséquence inattendue de la crise sanitaire, de plus en plus de jeunes investissent sur les marchés financiers. Selon une enquête publiée par l’AMF, les détenteurs d’actions en direct de moins de 35 ans ont quasi-doublé en deux ans.

bourse
iStock

Les moins de 35 ans représentent désormais 18% des investisseurs en Bourse d’après l’enquête Kantar pour l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) publiée le 6 juillet. L’étude constate un rajeunissement des détenteurs d’actions en direct entre mars 2019 et mars 2021 au détriment de la classe d’âge des 35-64 ans qui passe sous la barre symbolique des 50 % du total des investisseurs. Pourquoi cette ruée des jeunes générations sur les marchés financiers ?

Profiter de la fébrilité de la Bourse

L’AMF comptabilise un million de boursicoteurs supplémentaire depuis 2019 attirés par le dynamisme du CAC 40 qui a gagné 75 % ces derniers mois. Après la chute brutale de l’indice phare de la Bourse de Paris au début du premier confinement et de sa remontée spectaculaire, les jeunes à la recherche de gains faciles se sont tournés vers les marchés financiers en investissant une part de leurs économies. Ainsi, le gendarme de la Bourse annonçait récemment l’arrivée de 75 000 nouveaux boursicoteurs sur le premier trimestre de l’année en cours. La bourse aiguise aussi l’appétit des plus jeunes, moins de 25 ans, qui représentent 4.7% des détenteurs d’actions.

La tendance ne devrait pas faiblir avec un CAC 40 qui a pris 17 % depuis le début de l’année et flirte avec ses plus hauts historiques de la bulle Internet au début des années 2000. A la recherche d’un « bon coup », les jeunes sont plus actifs que leurs ainés dans leur stratégie d’arbitrage en utilisant des plateformes dédiées souvent accessibles sur smartphone. Cette stratégie, le rappelle l’AMF, est loin d’être adaptée aux investisseurs néophytes. En effet, pour se constituer un patrimoine, il est généralement conseillé d’observer un horizon d’investissement à long terme supérieur à 10 ans et de diversifier ses investissements tant au niveau sectoriel (biens de consommation, santé, technologie, etc.) que géographique (Europe, Amérique, etc.).

Les foyers aisés augmentent leur exposition aux actions

Les jeunes ne sont pas les seuls à investir en bourse. L’étude relayée par l’AMF dévoile que les personnes aisées avec un niveau de revenus mensuels supérieur à 6 000 euros ont fortement augmenté leur taux de détention d’actions en direct qui est passé de 19.4% à 25.7%.

Enfin, le dynamisme de la Bourse profite aux contrats multisupports de l’assurance-vie avec des unités de compte investies en actions. Ainsi, près d’un Français sur cinq déclare détenir un contrat en unités de compte, un chiffre en légère hausse.