Se connecter S’abonner

Finance durable : les trois-quarts des Français sont attentifs à l’impact de leurs placements

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie, lundi 27 septembre, les résultats de deux études qui mettent en avant le fait que 76% des particuliers accordent une attention particulière à l’impact de leurs placements financiers sur l’environnement.

placements
Crédit: iStock.

Une majorité de Français s’intéresse aux enjeux de développement durable, jusque dans le choix de leurs produits d’épargne, indique l’Autorité des marchés financiers (AMF), en s’appuyant sur une étude réalisée par OpinionWay. Cependant, ils ne sont qu’une minorité à bien connaître les placements verts et à en posséder. Alors que 76% des Français estiment que l’impact des placements sur la qualité de l’environnement est un sujet important, ils ne sont que 11% à savoir avec précision ce qu’est un placement solidaire, durable, responsable ou bien encore détenteur du label ISR. 

Pour autant, le communiqué explique que plus d’un Français sur deux prend en compte les enjeux de développement durable en matière d’épargne. Mais, seuls 17% des sondés détiennent un ou plusieurs placements responsables ou durables, dans le cadre d’une assurance-vie, d’un PEA ou compte-titres, d’un plan d’épargne salariale ou retraite. En revanche, ceux qui disposent d’un tel produit s’en disent satisfaits (72%), voire très satisfaits (19%). 

Des contrats peu clairs 

Parmi les différents types de placements durables, les labels publics ISR et Greenfin sont les moins connus du grand public, ce qui explique la confiance modérée qu’ils inspirent. Désireux de progresser, les épargnants n’hésitent pas à exprimer un besoin d’accompagnement, en particulier de la part de leur conseiller bancaire ou financier, indique le communiqué. En effet, le manque d’informations figure dans les trois premières causes de non-souscription à un placement durable, avec le manque de moyens financiers et la crainte du greenwashing. 

Le flou qui entoure certains produits est confirmé par une étude réalisée par CSA Research sur un panel de 15 épargnants non-experts. Pour eux, ça ne fait pas un pli, les documents commerciaux et précontractuels des placements durables et responsables manquent de lisibilité pour des novices. D’ailleurs, même le vocabulaire employé dans les prospectus ou documents d’information clé pour l’investisseur (DICI) est jugé trop technique et décourageant. Les épargnants aimeraient pouvoir s’appuyer sur des exemples concrets de projets et des preuves de l’impact de ces placements.

Des guides pratiques 

Comme le rappelle le communiqué, l’AMF publie sur son site internet des guides pédagogiques à destination des épargnants et organise des webinaires à l’intention du grand public sur diverses thématiques d’investissement, dont les grandes notions de la finance durable.